Archives de Tag: tartare

Chez l’épicier

2e partie de mon cadeau de Noel, nous avons bravé le froid (non, mais on gèle!!!!) et nous sommes dirigés vers le vieux Montréal, direction chez l’épicier. Le nom vous dit peut-être quelque chose sinon celui de Laurent Godbout, le chef de l’endroit qui a participé à l’émission Les Chefs à ses débuts. Bref, la réputation est là, l’endroit est magnifique, idéalement situé devant le marché Bonsecours, mes attentes sont bien installés, tout comme nous dans la confortable banquette avec vue sur la rue enneigée.

Comme je le disais, le resto est superbe avec ses murs d’époque en pierre, ses banquettes en cuir, lumières tamisées et grandes vitrines donnant sur la rue.

Mais le service est frette et pas du tout personnalisé malgré nos tentatives de connecter avec la sommelière. Elle arrive, nous sert nos assiettes, récite ses deux phrases sur le vin en un seul souffle et repart. Bon, pas grave, mon amoureux suffit amplement à réchauffer l’atmosphère de notre souper.

On commence en force avec une douzaine d’huîtres à partager et un petit mousseux rosé. Impossible que ce ne soit pas bon 🤷🏻‍♀️

Comme il y en avait un, nous avons choisi le menu dégustation: 90$ pour 8 plats, pas si mal. Nous prenons aussi l’accord avec les vins. Petite déception ici aussi, je n’ai pas aimé plusieurs vins et je trouvais souvent que l’accord n’apportait rien, ni au plat, ni au vin…

Le premier service était un dashi. Un merveilleux bouillon versé sur des petits champignons et des cœurs de poulet confits et servis en tranches. Ne levez pas le nez, la texture est très bien et c’est délicieux! Bref, une bonne soupe qui réchauffe et réconforte.

Suivait ensuite un morceaux d’esturgeon fumé, accompagné d’une crème de patate et œufs de poisson. Mention spéciale pour la crème qui était délicieuse. Autrement, ce plat était correct malgré que j’ai trouvé une énorme arête dans mon plat.

Puis, on nous servi un tataki de loup marin, purée d’ail noir et de topinambours avec ses chips de sarrasin. Plat original où les chips ajoutent du croquant et un goût salé intéressant.

Suivi après mon plat préféré de la soirée: tartare de filet mignon classique surmonté de poireaux frits. Il était franchement merveilleux, bien assaisonné.

Vient alors le temps du plat de résistance: un effiloché d’agneau enveloppé de feuilles d’oignons dans un bouillon au cumin. Le plat principal, vraiment? Trois minis bouchées, pas de légumes, on a commandé une autre entrée parce qu’on avait mangé 4 plats et avions l’impression de n’avoir à peu près rien mangé. Les photos sont prises hyper proche, on parle ici plutôt de bouchées que de plats.

Nous avons arrêté notre choix sur les pogos de canard. Pas décevants du tout, accompagnés d’une moutarde maison, nous avons eu l’impression, pour la première fois du repas, de manger quelque chose de consistant.

La fin approche et on nous amena une petite bouchée de foie gras, servie avec pommes pochées. Très bon, nous aurions bien aimé avoir un vin pour l’accompagner. La sommelière arrivera lors de notre dernière bouchée avec unTokaj hongrois. Bon, mais ça aurait été mieux pendant. On nous offrira un verre de vin supplémentaire pour compenser.

Nous continuons ensuite avec le pré dessert, une glace à la pomme, surmontée de caramel salé. Bon, mais en plein hiver, j’aurais opté pour quelque chose de moins glacé.

Le dessert sera un de mes plats préférés à cause de son originalité. Une tarte fine avec une garniture de fromage, poire, poivre et coriandre. C’était vraiment bon, mention spéciale à la croûte et très rafraîchissant sans être froid à cause du poivre et de la coriandre fraîche.

Est-ce qu’on y retourne? Honnêtement, j’ai été déçue. Premièrement, les portions étaient microscopiques. Ensuite, à part le tartare et le dessert, aucun des plats ne m’a jeté par terre. Pour le prix et la réputation de l’endroit, je m’attendais à plus. Aussi, et c’est peut-être insignifiant comme commentaire, mais tous les plats sont servis dans des assiettes très foncées, avec les lumières tamisées, on voit à peine ce qu’on mange. Finalement, comme mentionné plus haut, le service, sans être impoli ou inadéquat, était aussi ordinaire que la plupart des plats. Alors qu’il existe tellement de bons resto à Montréal, je dirais platement d’aller voir ailleurs avant d’aller Chez L’épicier.

Marché 27, rue Prince-Arthur, Montréal

Miam, miam et remiam!

Pour les fans de viande crue comme moi, le marché 27 est un peu l’apothéose gastronomique en ce qui concerne les tartares. C’est un minuscule endroit style lounge, un peu sombre, mais sympathique tout de même. On ne prend pas les réservations, peut-être est-ce plus sage d’y aller dans un moment ou ce sera plus calme. C’est ce que nous avons fait: on était mardi soir vers 19h30 et malgré cela, l’endroit était presque plein.

La carte des vins est intéressante quoi qu’un peu trop chère à mon goût: près de 2 fois et demi le prix de la SAQ! C’est ce qui fait grimper la facture assez vite merci.

Il y a deux menus: celui régulier où ceux qui désirent manger chaud peuvent le faire, mais j’avoue l’avoir à peine regarder et il y a le menu tartare. Plusieurs choix de poissons, fruits de mer et viandes rouges, on fait notre choix et par la suite, on sélectionne l’assaisonnement. Des portions de 100, 150 et 200 grammes sont disponibles. Quelle bonne idée!

Il y a aussi 2 plateaux de dégustation pour les indécis. Le premier est composé de 5 tartares de 50 grammes chaque et se détaille 40$. On y retrouve du bœuf, du veau, du canard, du saumon et du thon, chacun avec une sauce différente et accompagné de chips de crevette, de croûtons de pain et de salade. Le 2ème plateau est composé de poisson et fruits de mer et coûte 56$.

Nous avons débuté la soirée avec un apéro: sangria maison pour moi ( qui est très alcoolisée en passant) et bière pour l’homme. Déjà là, on venait de dépenser près de 18$….

Nos amis arrivés, ils se sont laissés tenter par le plateau dégustation tandis que Fred et moi avons concocté notre propre plateau: saumon japonais, veau italien, thon tropical, bœuf français et canard italien. Nous avons aussi commandé une bouteille de zinfandel californien d’importation privée à 60$ qui s’est avéré bon, sans plus.

Si vous voulez des accompagnements, autre que les croûtons de pain, vous devez les commander à part et qui dit tartare, dit frites! Optez pour les frites maison plutôt que les juliennes, nous avons comparé et elles sont bien meilleures!

Les plateaux ont fait fureur. Le seul bémol était le veau épicé qui était malheureusement beaucoup trop épicé, ça tuait le goût de la viande. Une mention spéciale pour le canard à l’italienne: avec de l’huile de truffe, c’était un pur délice!

Le thon rouge tropical était aussi délicieux: avec des ananas, du melon, des tomates concassées, de la coriandre, des échalotes et de la lime, c’était délicat, frais, magnifique!

Les poissons étaient ultra frais, tous les poissons et viandes étaient coupés au couteau, c’était franchement fait dans les règles de l’art!

20120919-193823.jpg

Bref, nous avons tous été conquis et il est certain que nous retournerons au marché 27. Vous pouvez même commander pour apporter ou encore vous faire livrer cela à la maison si vous restez dans le coin. Une fois de temps en temps, faut bien se payer la traite 🙂

Le Carolus, rue Duluth, coin St-André

Boff….

Souper de filles, on se poupoune, petit arrêt à la SAQ parce que le resto est un apportez votre vin et on est partie. On rie comme des folles, ça fait tellement de bien. Le trafic étant présent, nous arrivons avec un peu de retard et nous nous stationnons dans un endroit pour le moins inquiétant au niveau d’une éventuelle contravention (et il s’est avéré que l’inquiétude était fondée….). Bah, pas grave, anyway, dans ce coin là, le vendredi soir, le stationnement est un problème, voir impossible. Effectivement que le métro pourrait être une bonne option. Bref, nous arrivons et là, le resto est vide! Un petit couple dans le fond et c’est tout! Ok…. on est vendredi soir sur Duluth. Ha oui mais on a un groupe de 40 personnes qui vient juste d’annuler! Ouin, je ne suis toujours pas convaincue de la validité de cette information mais bon, on s’assoit. L’endroit est tout de même agréable et le serveur essaie de l’être un peu trop. Le mot qui conviendrait serait mielleux et comme vous savez le miel, ça colle et en trop grande quantité, ça tombe sur le coeur 🙂 Il ouvre nos bouteilles de vin et nous laisse les servir. Sans vouloir être chiante, d’habitude, le serveur sert le vin, christie, on te paie pour ça.

Il y a un menu à la carte et la possibilité de prendre différente table d’hôte allant de 29 à 35$ par personne. On commence le tout avec un amuse-bouche de terrine de canard offert par la maison. Bon, un peu salé, mais on est affamée et comme on dit chez nous, ça fait la job 🙂 Les commandes sont passées, nous attendons. Le service était sans doute un peu lent, mais les conversations vont bon train et on s’en rend à peine compte. Je vous rappelle ici que nous sommes à peu près les seules clientes du resto.

On nous apporte le potage pour certaine, la salade mesclun pour les autres, ces deux plats viennent d’emblée avec la table d’hôte. J’ai opté pour le potage au chou-fleur, pommes et cari. Trop sucré à mon goût, les pommes enveloppent le goût fin du chou-fleur et donne au plat un taux de sucre trop élevé pour débuter un repas. Le cari, subtile, ne suffit pas à contenir la pomme et j’avoue que la texture, un peu granuleuse, ne me jette pas par terre. Un petit tour supplémentaire de chinois aurait sûrement changé la situation. Mais somme toute, c’est quand même correct.

Mon entrée attendue avec impatience (je n’arrête pas de me bourrer dans le pain, pour une fois qu’on nous sert du beurre demi-sel!), je ne peux cacher ma déception devant la grosseur de ma portion de tartare de thon. Je sais, il faudrait vraiment stopper notre consommation de thon dû à la pêche abusive, je sais…. Mes 3 bouchées étaient très bonne même si la mayonnaise, un peu épicée, cachait légèrement le goût du poisson. Mais c’était très bon. J’ai toujours faim par contre alors je replonge dans le pain en attendant mon tartare de filet mignon.

Même affaire pour le tartare de boeuf; une portion dérisoire. Les autres qui ont commandé de la viande cuite ont des portions plus satisfaisante, mais malgré 3 sorte de viandes différentes, elles ont toutes les mêmes accompagnements. Ordinaire un peu. Mon tartare, coupé au couteau, bien assaisonné, est bon mais tellement trop petit. Accompagné d’une seule salade, un peu amère, je suis déçue, encore. Je ne voulais pas de dessert, je me ravise, j’ai l’impression de n’avoir rien mangé ou à peu près. J’opte pour l’assiette de fromage qui elle, est satisfaisante même si je ne sais pas quels sont les fromages que j’ai mangés et qu’il y en avait un qui avait fait du chemin dans la vie parce qu’il goûtait la fin de parcours disons 🙂 Mais sinon, c’était bien. Les profiteroles et la mousse au chocolat ont reçu l’approbation tandis que les crèmes brûlées, pas assez cuites, ont poursuivi la tradition de la déception.

Tout cela m’a coûté 50$ avec taxes et service, ce qui est exorbitant pour ce que j’ai eu. Je ne retournerai pas à ce resto. Par contre, la soirée a tout de même été un succès, mais il est dû seulement aux gens qui étaient présents. Les filles, je vous aime 🙂

Le restaurant ne possède pas de site Internet, vous ne pouvez donc pas consulter le menu, de toute façon, ne perdez pas votre précieux temps.