Archives de Tag: restaurant tartare

Bistro Le Lustucru, 5159 avenue du parc, Montréal

Le Lustucru me trottait dans la tête depuis un bon moment, mais grossesse oblige, j’ai dû le placer sur la liste d’attente, question de devoir renouer avec les aliments crus un coup ma poulette venue au monde.

C’est donc un vendredi soir ou les enfants étaient chez mamie que  nous sommes descendus en ville, comme dirait les plus vieux, pour aller se bourrer la face dans les tartares.  Je n’irai peut-être pas jusqu’à revendiquer le titre de la personne aimant le plus les tartares sur Terre, mais je dois être dans le top 20 je crois bien 😉 Sauf lorsque j’attends un enfant, ce qui ne devrait plus être le cas, j’en mange au moins une fois par semaine et sans me péter les bretelles, ceux que font mon chum sont pas mal délicieux. Disons que la barre est haute et que j’ai la critique facile.

C’était notre jour de chance, nous avons trouvé une place de stationnement sans vignette, sans parcomètre! On se sent toujours un peu imposteur quand ça nous arrive, c’est tellement rare. On relit les pancartes, on est pas trop surs, on regarde deux fois pour être sur qu’il n’y aurait pas une entrée ou une borne fontaine de cachée. Au retour, pas de contravention, j’imagine que ça veut dire qu’il y a encore des endroits comme ça à Montréal, ils sont en voie d’extinction, mais bon….

De l’extérieur, le restaurant passe un peu inaperçu. Sa façade étroite et sa mini terrasse se confondent un peu dans le brouhaha de la rue Parc, mais lorsqu’on y pénètre, on se rend compte que l’endroit est très profond (je vous concède que hors contexte, cette phrase est louche).  Tout en simplicité, avec une cuisine ouverte, l’endroit est bondé et un peu bruyant vu la quantité de personnes présentes. J’avais réservé, ce qui n’est pas une mauvaise idée.

Le serveur arrive, ultra sympathique et disons-le, pas laid du tout non plus et nous décidons de commencer la soirée avec une douzaines d’huitres et un petit verre de bulles.  Pas d’enfant, on est presqu’en vacances, c’est la fête!  3 sortes d’huitres venant de l’ile du Prince Édouard servies sur du gros sel avec citron et une délicieuse petite mignonnette. Présentation ok, mais personnellement, je les préfère sur de la glace, ce qui n’est pas toujours évident, je vous le concède. 29$ pour l’assiette.

Affamés que nous sommes, nous décidons de prendre la totale qui consiste tout simplement à prendre tous les plats qui sont sur la carte, il y en a 10, pour 115$, ce qui est très raisonnable.  Le serveur nous averti que c’est une très grosse portion, l’amoureux insiste et c’est parti.

  
Cela débute avec les plats à base de poissons, qui m’inspiraient moins au début, mais qui ce sont avérés tout simplement fantastiques.  5 plats magnifiques et j’insiste vraiment sur la présentation, on mange d’abord avec les yeux, et tous absolument délicieux’ Je vous les énumère: tartare de saumon à la coriandre, purée d’avocat, gelée de soya et chips de crevette. Mention spéciale à la gelé de soya! Probablement un de mes préférés.

Filet de veau aux épices, pavé de thon rouge frit au panneau, sauce à l’aneth, câpres frites et concombre. Original et très bon aussi.

Gravlax de truite à l’huile de sésame roti, salade de fenouil et coulis de mangue. Tout en fraicheur!

Tartare de cardeau au caviar, concombre et mayo au sambal oelek, avocat et galette de risotto frite. Vive le risotto frit 🙂

Ceviche de turbot de la Gaspésie, frais du Qc, crème sûre, oignons marinés, laitue de mer et basilic thai. Un autre de nos coups de coeur, c’était à tomber par terre.  Tout cela accompagné avec un Sancerre qui goute le ciel, une importation privée que nous nous devons de retrouver.

  
Suivait ensuite le 2e plateau, celui des viandes. Tout aussi bon, quoi que moins surprenant vu que je suis plus habituée de manger ces produits.

Tartare de boeuf, mayo aux tomates séchées, chips et caprons. Un de mes préférés en ce qui concerne les viandes.

Tartare de filet de cheval en croute d’épices, salade de chou chinois au yogourt, salsa de mangues, balsamique. Mon second coup de coeur. Le cheval, bien qu’aillant parfois mauvaise presse parce que les gens trouvent qu’un cheval, c’est plus cute qu’une vache, est une viande absolument fantastique. Gouteuse, maigre et très abordable en épicerie, ça vaut la peine d’y gouter.

Tartare de magret de canard aux noisettes rôties et moutarde de raisin de Corinthe, rémoulade aux pommes. Plat un peu plus sucré et oh combien onctueux.

Tartare d’agneau aux poivrons rôtis, aneth et moutarde, salade de PDT rattes et cornichons maison.  Heureusement pour moi, le poivron se faisait discret.

Carpaccio de filet de boeuf, salsa verde, salade de champignons marinés, échalotes frites et copeaux de Padano. Un délice aussi.

  
J’y suis retourné la semaine d’après avec des amis qui voulaient l’essayer, nous avons repris la totale, mais à quatre, ce qui était amplement suffisant avec des frites et de la salade en extra qui étaient très bonnes.  Nous avions amené les enfants, ils ont été très bien reçus, jamais nous n’avons eu l’impression de déranger. Par contre, c’était mercredi et le resto n’était pas aussi achalandé que le vendredi précédent.  Une serveuse tout aussi sympathique nous a accompagné tout au long de la soirée.  Tous les tartares sont coupés au couteau et une attention méticuleuse est accordée à l’hygiène, un must quand on sert du cru.

Bistro désormais dans mon coeur, j’ai hâte que leur nouveau menu sorte pour aller le découvrir et ainsi pouvoir encore me gaver dans de succulents plats sans cuisson ou la fraicheur et la qualité du produit sont mis en valeur (seigneur, on se croirait au Chefs!).

Marché 27, rue Prince-Arthur, Montréal

Miam, miam et remiam!

Pour les fans de viande crue comme moi, le marché 27 est un peu l’apothéose gastronomique en ce qui concerne les tartares. C’est un minuscule endroit style lounge, un peu sombre, mais sympathique tout de même. On ne prend pas les réservations, peut-être est-ce plus sage d’y aller dans un moment ou ce sera plus calme. C’est ce que nous avons fait: on était mardi soir vers 19h30 et malgré cela, l’endroit était presque plein.

La carte des vins est intéressante quoi qu’un peu trop chère à mon goût: près de 2 fois et demi le prix de la SAQ! C’est ce qui fait grimper la facture assez vite merci.

Il y a deux menus: celui régulier où ceux qui désirent manger chaud peuvent le faire, mais j’avoue l’avoir à peine regarder et il y a le menu tartare. Plusieurs choix de poissons, fruits de mer et viandes rouges, on fait notre choix et par la suite, on sélectionne l’assaisonnement. Des portions de 100, 150 et 200 grammes sont disponibles. Quelle bonne idée!

Il y a aussi 2 plateaux de dégustation pour les indécis. Le premier est composé de 5 tartares de 50 grammes chaque et se détaille 40$. On y retrouve du bœuf, du veau, du canard, du saumon et du thon, chacun avec une sauce différente et accompagné de chips de crevette, de croûtons de pain et de salade. Le 2ème plateau est composé de poisson et fruits de mer et coûte 56$.

Nous avons débuté la soirée avec un apéro: sangria maison pour moi ( qui est très alcoolisée en passant) et bière pour l’homme. Déjà là, on venait de dépenser près de 18$….

Nos amis arrivés, ils se sont laissés tenter par le plateau dégustation tandis que Fred et moi avons concocté notre propre plateau: saumon japonais, veau italien, thon tropical, bœuf français et canard italien. Nous avons aussi commandé une bouteille de zinfandel californien d’importation privée à 60$ qui s’est avéré bon, sans plus.

Si vous voulez des accompagnements, autre que les croûtons de pain, vous devez les commander à part et qui dit tartare, dit frites! Optez pour les frites maison plutôt que les juliennes, nous avons comparé et elles sont bien meilleures!

Les plateaux ont fait fureur. Le seul bémol était le veau épicé qui était malheureusement beaucoup trop épicé, ça tuait le goût de la viande. Une mention spéciale pour le canard à l’italienne: avec de l’huile de truffe, c’était un pur délice!

Le thon rouge tropical était aussi délicieux: avec des ananas, du melon, des tomates concassées, de la coriandre, des échalotes et de la lime, c’était délicat, frais, magnifique!

Les poissons étaient ultra frais, tous les poissons et viandes étaient coupés au couteau, c’était franchement fait dans les règles de l’art!

20120919-193823.jpg

Bref, nous avons tous été conquis et il est certain que nous retournerons au marché 27. Vous pouvez même commander pour apporter ou encore vous faire livrer cela à la maison si vous restez dans le coin. Une fois de temps en temps, faut bien se payer la traite 🙂