Archives de Tag: restaurant apportez votre vin

Le jardin de Panos, rue Duluth, Montréal

Un resto grec bon et pas cher où on apporte son vin

Situé sur la rue Duluth, en biais du Pied de cochon, le jardin de Panos est un restaurant connu des gens du coin.

Oubliez le confort et le fla fla, ici les tables sont collées, l’air climatisé est absent, les verres à vin sont en fait des verres à eau (souvent en Europe on sert le vin dans des verres comme ça), les chaises sont plus ou moins confortables, mais leur terrasse est tout simplement magnifique. Une cour intérieur ou le lierre grimpe sur les murs et où on oublie qu’on se trouve dans une grande ville.

Malgré tout ses défauts, le restaurant est bondé et la file d’attente est impressionnante. Conseil avisé: réservez avant de vous présenter!

La popularité du resto se comprend: on mange bien, on apporte son vin et pour 65$ on a eu 2 entrées et 2 plats principaux copieux et on est satisfait.

Sous le conseil avisé du charmant monsieur du D Liche, nous optons pour la pikilia qui est une entrée pour deux. Tzatziki maison merveilleuse, olives, feuilles de vigne farcies, marinades et légumes frais, spanakopita, ornent l’assiette présentée comme le restaurant, efficace et sans prétention.

Pas besoin de quémander l’eau, le service, sans être excellent, est correct. J’opte pour la brochette de pétoncles et crevettes qui est accompagnée des traditionnels riz, patates et salade habituels. Fred a pris les côtelettes d’agneau.

Ma brochette est très bonne, bonne grosseur des fruits de mer et cuisson sur le grill comme les Grecs savent si bien le faire. L’agneau de Fred goute un peu fort à mon goût, mais la cuisson est bien. Nos amis ont aussi été satisfait de leur brochette respective: sole pour elle, poulet pour lui. Comme notre ami l’a si bien dit: une brochette de poulet, c’est ordinaire, mais cuite à la grecque, là on parle 🙂

Donc, 65$ plus tard, heureux et satisfait de notre belle soirée, c’est l’esprit plein de gourmandise que nous sommes partis à la recherche d’un petit sucré.

Nous sommes tombés sur la terrasse de la Brulerie St-Denis sur la rue du même nom. Rien de très exotique direz-vous, mais c’est à cet endroit précis que j’ai mangé un des meilleurs gâteau au fromage de ma vie: moelleux, goûteux, pas trop sucré, avec son coulis de framboise, je vous en parle et j’ai le goût d’en manger!

Bref, une belle petite soirée bonne et pas chère 🙂

Le chalet grec, Saint-Sauveur

Une valeur sûre

Sans tomber dans la haute gastronomie, le chalet grec se situe tout de même au dessus des Casa grecque et Vieux Duluth de ce monde. Un apportez votre vin sur la rue principale, toujours plein à craquer, on y va pour ses plats honnêtes et sa facture raisonnable. Idéal pour les groupes, bruit et proximité sont de mises. Un décor correct et plus de 60 places assises et collées complètent le tableau. Le service est efficace et impersonnel, mais vu la quantité de clients, on est déjà contents d’avoir nos assiettes rapidement et à une température au-dessus du zéro 🙂

Les plats, tous copieux, trouvent preneur pour environ 17$-18$ dollars chaque. Les grillades sont franchement bonnes et pour 20$, vous pouvez avoir une assiette surf’n turf (tournedos de bœuf et crevettes) ou encore l’assiette du gastronome (tournedos, côtelettes d’agneau et crevettes). Ce sont les 2 plats les plus chers et ils sont vraiment satisfaisants 🙂

Ce soir, nous avons opté pour l’entrée de calmars frits, accompagnés de citron, que nous avons partagée. Croustillants, juste bien cuits, bref très bons.

Comme plat de résistance, j’ai choisi le surf’n turf. Cuisson parfaite, viande très tendre et goûteuse. Accompagné d’une sauce aux champignons absolument épouvantable, d’une salade maison et de grosses frites grecques, c’est une assiette presqu’impossible à terminer. Déçu de la sauce? Pas vraiment vu que la viande est goûteuse, on a pas envie de noyer le goût.

Fred a pris les souvlakis auxquels il a ajouter de la tzatziki et il était très satisfait aussi. Pas de dessert, on est bourré.

45$ dollars plus tard pour les deux et un doggy bag, encore une fois, le Chalet grec à fait la job et nous y retournerons très certainement.

Le bleu raisin, St-Denis, coin Boucher

Très très bien 🙂

J’ai récemment découvert les multiples promos qui s’offrent à nous sur le net pour acheter des certificats cadeaux de toutes sortes à rabais: Tuango, Le renard, Promo extra, Promo du jour, etc. Le principe est simple; on nous propose une offre, souvent un certificat cadeau à 50% de rabais (exemple, on paie 25$, on a 50$), dans des restaurants, des boutiques, pour des activités, des hôtels, etc. Vu que ce sont des groupes de plusieurs personnes qui achètent, on est capable d’avoir des rabais. Merveilleux 🙂 Et si on est un peu intrépide, on peut faire de belles découvertes. Le bleu raisin en est une. J’ai donc payé 25$ pour avoir un certificat cadeau de 50$, maximum d’un certificat cadeau par table (cette condition change d’une promo à l’autre), réservation requise, applicable après taxes.

Le bleu raisin ne propose pas de menu à la carte. Vous êtes obligés (croyez-moi, ce n’est pas si grave :-p ) de prendre un menu dégustation 6 services dont vous choisissez le plat principal ou un menu 8 ou 10 services carte blanche ou chaque plat est une surprise. Le prix: 49$ pour 6 services plus taxes et service, vous apportez votre vin et vous vous régalez.

Premièrement, l’endroit est situé plus au nord que le coin « hot » de St-Denis, donc ce n’est pas trop compliqué pour le stationnement. Ensuite, notez l’adresse car le resto n’est pas si évident. On entre dans ce petit coin charmant, il y a peut-être 45 places, on sent la viande qui cuit, les légumes qui grillent, on se croirait presque chez maman et papa. Jeudi soir, l’endroit est bondé, réservez vos places. Le serveur, fort sympathique et tout nouveau (c’était son premier soir), nous explique le menu, carafe notre vin d’emblée et est d’une amabilité qui parfois fait défaut dans les établissements de restauration de Montréal. La spécialité de la maison: canard et foie gras. Vas-y mon homme, j’ai hâte de voir ça 🙂

On mange? On commence le tout avec une trilogie de hors d’oeuvre servie sur une mini planche de bambou: coeur fumé de canard (retenez votre haut-le-coeur, on aurait dit des tranches de saucisse et c’était délicieux), rillettes de canard, un peu grasse et salée mais tout de même bon et saucisse de wapiti sur moutarde de meaux et un trait de cidre de glace; inventif, original et bon.

Première entrée, obligatoire pour tous: foie gras sur tranche de pomme séchée et mousseline de cidre de glace. L’assiette, magnifique comme dans les concours culinaires, est généreuse et délicieuse. Leur foie gras au torchon, il torche sans mauvais jeu de mot 🙂 Une bonne portion, un peu salée encore, mais qui avec le sucré du cidre, s’en sort très bien.

Seconde entrée: quenelle de saumon fumé avec coulis de poivron. Heuu, excusez-moi monsieur, c’est que, je n’aime vraiment pas le poivron…. Haaaaa, mais ya pas de problème, on va vous faire autre chose. Alors, j’ai hérité d’un coulis à la citronnelle et au lait de coco. Ça goûtait un peu trop le poisson à mon goût, la texture était intéressante et le coulis, cent fois meilleur que celui au poivron ;-p

Comme plat principal, j’ai opté pour un médaillon de veau, pesto d’épinard, patate salardaise et légumes sautés. Mon veau était cuit parfaitement et tendre, mais tendre, à couper à la fourchette. Légumes cuits à point, croquants, patates sautées dans le gras de canard il me semble, bref, assiette merveilleuse. Fred a opté pour un râble de lapin farci aux pistaches et chorizo, excellent lui aussi.

Pour dessert, un gâteau au fromage maison a été l’élu, mais c’est peut-être le seul plat qui m’aie un peu déçu. La texture n’était pas assez ferme à mon goût et il était un peu amer, probablement dû à des zestes d’orange dans la croûte.

Finalement, je recommande chaudement ce restaurant qui fait partie de la même famille que La Tablée, Les infidèles et L’Atelier. Nous avons déjà été à ces deux derniers et c’était aussi très bon. Pour l’instant, il n’y a pas de site Internet, mais ce sera bientôt chose faite nous a-t-on promis.

J’attends vos commentaires sur Le bleu raisin 🙂