Archives de Tag: cépages

Informations pratiques et pertinentes sur le monde du vin

À titre d’information seulement, ne pas prendre pour du cash, mais plutôt comme une introduction au domaine vinicole, voici quelques informations qui, je l’espère, vous seront utiles 🙂

Un cépage, c’est quoi? En gros, c’est la sorte de raisin utilisée pour faire le vin. À la Préhistoire, l’Homme mangeait une sorte de raisin en particulier; le vitis vinifera qui sera domestiqué en Asie. Dû aux manipulations des Hommes et des changements multiples (terroir, climat, etc.), il y a désormais plusieurs milliers de variétés de cépages à travers le monde, mais en général, ils ont tous la même origine. Il y a même une science spécifique à l’étude des cépages; l’ampélographie.  Au 19e siècle, il y a eu une crise de phylloxéra (puceron mangeur de vigne) et bien des vignobles en ont payé le gros prix à cause des nombreuses pertes. La crise fut si intense qu’on a passé proche de perdre cette sorte de vigne.  Pour les sauver, les spécialistes ont greffé la partie aérienne (qu’on voit) a un porte-greffe qui est une sorte de vigne sauvage américaine résistante aux pucerons. Encore aujourd’hui, toutes les vignes, à l’exception des vigne chilienne et de celles qui poussent dans le sable, utilisent ce processus. Évidemment, chaque cépage a ses propres caractéristiques aromatiques et gustatives.

Et un millésime?  C’est l’année de vendange (ramassage du raisin) d’un vin. Ainsi, un même vin d’une année à l’autre ne goûtera pas la même chose selon le climat, les intempéries et les différents facteurs qui influence la production du vin. D’une région à l’autre, la qualité d’un millésime peut changer et même à l’intérieur même d’une région selon la sorte de cépage. Les sortes de raisin n’ont pas tous besoin des mêmes conditions de culture. Aussi, les vins du Nouveau-monde ont tendance à être plus stable car il y a moins de variations de température qu’en Europe.  Voici quelques millésimes se démarquant de façon générale pou les vins français et italiens: 1996, 2000 (Bordeaux et Toscane), 2003 (Bourgogne blanc), 2005 (bien partout sauf pour la région italienne du Piedmont) et il semblerait, si la tendance se maintient que 2011 sera une très bonne année.

Carafe ou pas carafe? La carafe donne de l’âge a un vin qui est jeune.  Cela ne veut pas dire qu’il faut automatiquement carafer tous les vins jeunes.  Tout d’abord, sachez que vous ne pouvez pas nuire au vin en le carafant, au pire, vous l’aurez fait pour rien, au mieux, vous l’aurez bonifié. Il est toujours nécessaire de goûter à votre vin avant de le carafer pour juger de l’utilité. Au nez, si ça sent l’alcool, carafez. Au goût, c’est amer, les tanins sont agressifs et ça vous râpe la gorge au passage, carafez. Pour les vins « solides » comme les Bordeaux, quelques heures de carafe peuvent être nécessaire. Comment faire pour arriver dans le temps et s’assurer que le vin ne sera pas trop chaud? Mettre la carafe au frigo pour qu’elle refroidisse et y verser le vin au début de la préparation du repas, vu qu’on termine par les vins les plus goûteux, le vin sera prêt. Le principe de la carafe permet une aération du vin qui rend les tanins plus moelleux, moins agressifs.  Habituellement, on réserve ce traitement au vin rouge, mais à l’occasion, certains vins blancs peuvent en avoir besoin.

Conservation du vin: les bouteilles que vous désirez garder doivent être couchée. Ainsi, le bouchon reste mouillé et vous évitez de bouchonner votre bouteille. Ce n’est pas infaillible, mais ça aide. Ensuite, vous devez éviter les variations de température et d’humidité et préférer des endroits frais.  Tous les vins ne sont pas bons à garder, si pour certain le temps les embelliront, pour d’autres, ce sera la décrépitude assurée. Il est important de demander conseil pour être sûr de son achat. Quoi de plus décevant d’attendre 20 ans avant de boire une bouteille spéciale pour laquelle on a déboursé et se rendre compte qu’elle n’est pas bonne? Pour bien faire votre choix, choisissez une bouteille d’un grand millésime, vous aurez déjà un gage de qualité. Ensuite, allez-y avec des appellations contrôlées connues et des grands crus de préférence. Plus dispendieux, ils survivront mieux au temps.  Les vins rouges de la rive gauche du Bordelais et certains vins italiens sont des classiques, mais les États-Unis et des régions comme la Bourgogne et la vallée du Rhône offrent aussi de belles opportunités. Les liquoreux et les vins blancs peuvent aussi être de bon vins de garde, encore une fois, il suffit de bien choisir sa bouteille selon ses goûts. Ce genre de bouteilles font aussi d’excellents cadeaux 🙂

Et les calorie là-dedans? Retenez cela: plus le taux d’alcool est haut, plus la boisson est riche en calorie. Donc, je vous laisse calculer le nombre pour un Pina Colada… En moyenne, on compte 120 calories pour un verre de 150 ml. Le vin rouge est plus calorique que le blanc car il y a plus de sucre (étonnamment!). Par contre, même si la bière est moins forte en alcool que le vin, elle est plus calorique (147 calories en moyenne par bouteille) car elle contient plus de glucide.

Voilà pour aujourd’hui, il y aura d’autres suites d’informations pratiques et pertinentes, mais je veux pas vous engorger le cerveau quand même! 🙂

Sources: Le petit Larousse des vins, La Presse et moi-même