Archives de Tag: apportez votre vin

Le Masala, 1906 rue du Centre, Montréal

Petit resto indien camouflé non loin du marché Atwater auquel on ne prête pas vraiment attention en passant devant, Le Masala mérite toutefois d’être connu.  Menu très limité, mais comprenant les classiques de la cuisine indienne, c’est un apportez-votre-vin des plus abordables.  Pour vous donner une idée, un repas gargantuesque pour deux, avec un doggy bag pour le lendemain, nous a couté, pour les deux, taxes et service inclus, 46$.

Lorsqu’on entre au Masala, on a l’impression d’entrer dans une maison et de s’assoir dans la cuisine des gens.  Il doit y avoir au gros maximum 25 places et la cuisine est ouverte.  Pas particulièrement champion de la décoration, c’est néanmoins chaleureux et sympathique.  Nous sommes accueillis à l’image du décor et c’est sous les notes de BB King (qui est décédé le jour ou nous nous rendons au resto) que nous nous assoyons à une petite table.

Le menu est composé de 2 choix de soupe, une entrée de samosa et environ 4-5 plats principaux. Pour ma part, qui dit resto indien dit forcément poulet au beurre. Evelyn opte pour le bœuf masala et nous décidons de nous partager une entrée de samosa et chacun une soupe aux lentilles, le tout agrémenté d’un pain naan, bien évidemment.

La soupe, mélange de soupe au pois traditionnelle et de soupe poulet et nouille agrémentée d’épices indienne, est bonne, mais ne me fait pas tomber en bas de ma chaise.

L’entrée de samosa est agrémentée de 2 énormes rondelles d’oignon frite. Tu yogrout nature et des feuilles de menthe complètent le plat. C’est bon et prudence avec la petite sauce rouge cute, c’est fort en titi 🙂 Le plat était bon et frais malgré la friture.

Arrivent enfin les deux plats principaux. Le poulet au beurre, crémeux, tendre est gouteux et délicieux.  Le bœuf, un peu plus fibreux, est gouteux et très bon aussi.  Tout cela est accompagné par le meilleur hummus que j’ai mangé de ma vie. Il y avait un petit croquant tellement attachant, qu’on m’amène de l’hummus croquant pour le restant de ma vie! Un riz basmati complétait le tout.

Seule déception, le pain naan 😦 Honnêtement, et c’est seulement une impression, j’avais le sentiment de manger un pain naan commercial. Il ne donnait pas l’impression d’avoir été cuit sur le four de façon traditionnelle.

Autrement, nous avons bien mangé et nous avons été très bien accueillie.  Le prix dérisoire contribue à faire pardonner les petites déceptions.

Une chose qui est intéressante avec Le Masala, c’est l’école de cuisine. On peut suivre un cours de quelques heures, pour 50$ et on a un souper par la suite.  C’est quelque chose qui me parle j’avoue.

Le resto à des heures d’ouverture particulières, toujours ouvert pour le lunch, il n’est ouvert que le jeudi et vendredi soir de 6h à 9h30.  Je crois que ça peut être une très bonne option pour le lunch 🙂 La prochaine fois que j’y retournerai, ce sera pour une formation culinaire.

Steak etc., Saint-Jérôme

La ville de Saint-Jérome s’améliore du côté de la gastronomie. Loin d’offrir le même choix que les grands centres, on retrouve tout de même de plus en plus de petits restaurants offrant de la bonne bouffe. Steak etc. sans être extraordinaire, se démarque surtout par son décor. Une ravissante maison de pierre avec foyer offrant une ambiance chaleureuse et en plus, c’est un apportez-votre-vin.

Le menu, assez simpliste et conçu, on s’en doute, pour les carnivores, mise surtout sur les assiettes à partager qui sont assez chères. Malheureusement, ça arrive trop souvent que les prix sont gonflés par l’absence de vente d’alcool. Nous n’avons donc pas pris cette option. J’ai opté pour le crabcake en entrée et la bavette en repas. Fred a choisi un fondant au brie et un surlonge.

Mon entrée était franchement savoureuse. Servie avec une aïoli maison, je me suis régalée. L’entrée de Fred ressemblait à un croûton garni de brie fondu nageant dans une sauce aux échalotes, champignons et crème. Original et bon, sans plus.

Un aspect qui m’a surpris et un peu déçu est l’absence d’odeur dans le restaurant. Habituellement dans les steakhouses, ça sent bon les grillades. Pas ici 😦 le service était efficace et correct.

Les viandes arrivent, accompagnées de frites et de fèves vertes. Pour une assiette à 31$, on serait en droit de s’attendre à plus comme accompagnement! En plus, je viens de voir sur leur site internet que du dimanche au jeudi, on a un filet mignon plus entrée et dessert pour 28$, la serveuse ne nous a jamais mentionné cette offre et j’avoue que ça me met en furie parce que j’aurais pris ça! Revenons à ma bavette…. Tendre et juteuse, mais absolument sans goût et accompagnée d’une sauce au fromage bleu et à la fécule de maïs (22$), correct mais on a vu mieux. Le steak de Fred (31$) avait les mêmes caractéristiques et les mêmes accompagnements. Par contre, les cuissons étaient parfaites et les frites, démentielles.

Finalement, pour 95$ tout compris, ça fait cher pour ce que nous avons eu. Je crois qu’il vaut mieux profitez des promotions ou encore, pour le quart du prix, allez se chercher des steaks de brontosaures chez Costco.

Le bleu raisin, St-Denis, coin Boucher

Très très bien 🙂

J’ai récemment découvert les multiples promos qui s’offrent à nous sur le net pour acheter des certificats cadeaux de toutes sortes à rabais: Tuango, Le renard, Promo extra, Promo du jour, etc. Le principe est simple; on nous propose une offre, souvent un certificat cadeau à 50% de rabais (exemple, on paie 25$, on a 50$), dans des restaurants, des boutiques, pour des activités, des hôtels, etc. Vu que ce sont des groupes de plusieurs personnes qui achètent, on est capable d’avoir des rabais. Merveilleux 🙂 Et si on est un peu intrépide, on peut faire de belles découvertes. Le bleu raisin en est une. J’ai donc payé 25$ pour avoir un certificat cadeau de 50$, maximum d’un certificat cadeau par table (cette condition change d’une promo à l’autre), réservation requise, applicable après taxes.

Le bleu raisin ne propose pas de menu à la carte. Vous êtes obligés (croyez-moi, ce n’est pas si grave :-p ) de prendre un menu dégustation 6 services dont vous choisissez le plat principal ou un menu 8 ou 10 services carte blanche ou chaque plat est une surprise. Le prix: 49$ pour 6 services plus taxes et service, vous apportez votre vin et vous vous régalez.

Premièrement, l’endroit est situé plus au nord que le coin « hot » de St-Denis, donc ce n’est pas trop compliqué pour le stationnement. Ensuite, notez l’adresse car le resto n’est pas si évident. On entre dans ce petit coin charmant, il y a peut-être 45 places, on sent la viande qui cuit, les légumes qui grillent, on se croirait presque chez maman et papa. Jeudi soir, l’endroit est bondé, réservez vos places. Le serveur, fort sympathique et tout nouveau (c’était son premier soir), nous explique le menu, carafe notre vin d’emblée et est d’une amabilité qui parfois fait défaut dans les établissements de restauration de Montréal. La spécialité de la maison: canard et foie gras. Vas-y mon homme, j’ai hâte de voir ça 🙂

On mange? On commence le tout avec une trilogie de hors d’oeuvre servie sur une mini planche de bambou: coeur fumé de canard (retenez votre haut-le-coeur, on aurait dit des tranches de saucisse et c’était délicieux), rillettes de canard, un peu grasse et salée mais tout de même bon et saucisse de wapiti sur moutarde de meaux et un trait de cidre de glace; inventif, original et bon.

Première entrée, obligatoire pour tous: foie gras sur tranche de pomme séchée et mousseline de cidre de glace. L’assiette, magnifique comme dans les concours culinaires, est généreuse et délicieuse. Leur foie gras au torchon, il torche sans mauvais jeu de mot 🙂 Une bonne portion, un peu salée encore, mais qui avec le sucré du cidre, s’en sort très bien.

Seconde entrée: quenelle de saumon fumé avec coulis de poivron. Heuu, excusez-moi monsieur, c’est que, je n’aime vraiment pas le poivron…. Haaaaa, mais ya pas de problème, on va vous faire autre chose. Alors, j’ai hérité d’un coulis à la citronnelle et au lait de coco. Ça goûtait un peu trop le poisson à mon goût, la texture était intéressante et le coulis, cent fois meilleur que celui au poivron ;-p

Comme plat principal, j’ai opté pour un médaillon de veau, pesto d’épinard, patate salardaise et légumes sautés. Mon veau était cuit parfaitement et tendre, mais tendre, à couper à la fourchette. Légumes cuits à point, croquants, patates sautées dans le gras de canard il me semble, bref, assiette merveilleuse. Fred a opté pour un râble de lapin farci aux pistaches et chorizo, excellent lui aussi.

Pour dessert, un gâteau au fromage maison a été l’élu, mais c’est peut-être le seul plat qui m’aie un peu déçu. La texture n’était pas assez ferme à mon goût et il était un peu amer, probablement dû à des zestes d’orange dans la croûte.

Finalement, je recommande chaudement ce restaurant qui fait partie de la même famille que La Tablée, Les infidèles et L’Atelier. Nous avons déjà été à ces deux derniers et c’était aussi très bon. Pour l’instant, il n’y a pas de site Internet, mais ce sera bientôt chose faite nous a-t-on promis.

J’attends vos commentaires sur Le bleu raisin 🙂

Le Carolus, rue Duluth, coin St-André

Boff….

Souper de filles, on se poupoune, petit arrêt à la SAQ parce que le resto est un apportez votre vin et on est partie. On rie comme des folles, ça fait tellement de bien. Le trafic étant présent, nous arrivons avec un peu de retard et nous nous stationnons dans un endroit pour le moins inquiétant au niveau d’une éventuelle contravention (et il s’est avéré que l’inquiétude était fondée….). Bah, pas grave, anyway, dans ce coin là, le vendredi soir, le stationnement est un problème, voir impossible. Effectivement que le métro pourrait être une bonne option. Bref, nous arrivons et là, le resto est vide! Un petit couple dans le fond et c’est tout! Ok…. on est vendredi soir sur Duluth. Ha oui mais on a un groupe de 40 personnes qui vient juste d’annuler! Ouin, je ne suis toujours pas convaincue de la validité de cette information mais bon, on s’assoit. L’endroit est tout de même agréable et le serveur essaie de l’être un peu trop. Le mot qui conviendrait serait mielleux et comme vous savez le miel, ça colle et en trop grande quantité, ça tombe sur le coeur 🙂 Il ouvre nos bouteilles de vin et nous laisse les servir. Sans vouloir être chiante, d’habitude, le serveur sert le vin, christie, on te paie pour ça.

Il y a un menu à la carte et la possibilité de prendre différente table d’hôte allant de 29 à 35$ par personne. On commence le tout avec un amuse-bouche de terrine de canard offert par la maison. Bon, un peu salé, mais on est affamée et comme on dit chez nous, ça fait la job 🙂 Les commandes sont passées, nous attendons. Le service était sans doute un peu lent, mais les conversations vont bon train et on s’en rend à peine compte. Je vous rappelle ici que nous sommes à peu près les seules clientes du resto.

On nous apporte le potage pour certaine, la salade mesclun pour les autres, ces deux plats viennent d’emblée avec la table d’hôte. J’ai opté pour le potage au chou-fleur, pommes et cari. Trop sucré à mon goût, les pommes enveloppent le goût fin du chou-fleur et donne au plat un taux de sucre trop élevé pour débuter un repas. Le cari, subtile, ne suffit pas à contenir la pomme et j’avoue que la texture, un peu granuleuse, ne me jette pas par terre. Un petit tour supplémentaire de chinois aurait sûrement changé la situation. Mais somme toute, c’est quand même correct.

Mon entrée attendue avec impatience (je n’arrête pas de me bourrer dans le pain, pour une fois qu’on nous sert du beurre demi-sel!), je ne peux cacher ma déception devant la grosseur de ma portion de tartare de thon. Je sais, il faudrait vraiment stopper notre consommation de thon dû à la pêche abusive, je sais…. Mes 3 bouchées étaient très bonne même si la mayonnaise, un peu épicée, cachait légèrement le goût du poisson. Mais c’était très bon. J’ai toujours faim par contre alors je replonge dans le pain en attendant mon tartare de filet mignon.

Même affaire pour le tartare de boeuf; une portion dérisoire. Les autres qui ont commandé de la viande cuite ont des portions plus satisfaisante, mais malgré 3 sorte de viandes différentes, elles ont toutes les mêmes accompagnements. Ordinaire un peu. Mon tartare, coupé au couteau, bien assaisonné, est bon mais tellement trop petit. Accompagné d’une seule salade, un peu amère, je suis déçue, encore. Je ne voulais pas de dessert, je me ravise, j’ai l’impression de n’avoir rien mangé ou à peu près. J’opte pour l’assiette de fromage qui elle, est satisfaisante même si je ne sais pas quels sont les fromages que j’ai mangés et qu’il y en avait un qui avait fait du chemin dans la vie parce qu’il goûtait la fin de parcours disons 🙂 Mais sinon, c’était bien. Les profiteroles et la mousse au chocolat ont reçu l’approbation tandis que les crèmes brûlées, pas assez cuites, ont poursuivi la tradition de la déception.

Tout cela m’a coûté 50$ avec taxes et service, ce qui est exorbitant pour ce que j’ai eu. Je ne retournerai pas à ce resto. Par contre, la soirée a tout de même été un succès, mais il est dû seulement aux gens qui étaient présents. Les filles, je vous aime 🙂

Le restaurant ne possède pas de site Internet, vous ne pouvez donc pas consulter le menu, de toute façon, ne perdez pas votre précieux temps.

Feliciano, Saint-Sauveur

N’y allez pas!

Nous cherchions un beau et bon resto dans les Laurentides pour fêter notre 8e anniversaire. Ne voulant pas se ruine, un apportez votre vin était une bonne option. On nous a donc parlé de Feliciano sur la rue Principale à Saint-Sauveur. Ni un ni deux, j’étais sur le site Internet à consulter leur menu, attrayant, pas trop cher: vendu!

Arrivons dans ce charmant endroit, une belle maison avec une terrasse magnifique, nous étions contents de notre choix. À l’intérieur, c’est tranquille (on est mardi soir), mais la seule serveuse court partout et malgré qu’elle était très gentille, elle ne fournissait pas. Bon, on s’en fait pas, on jase, on relaxe en attendant.

Nous débutons ce repas avec une salade, César pour moi, du jardin pour Fred. Correcte, présentation ordinaire, difficile de dire si la vinaigrette est maison, mais c’est quand même bon. Suit ensuite nos entrées. J’ai opté pour le carpaccio à la truffe, ça fait des semaines que je me meure pour du carpaccio et Fred a pris des calmars frits. Et c’est à partir de ce moment que s’enchaînent les déceptions. Mini portion, viande pas du tout tendre, pas de vinaigrette donc sec dans mon assiette. Le goût n’est pas mauvais, mais il y a tellement de trucs qui clochent dans mon assiette que s’en est désagréable. La présentation n’est pas soignée non plus. Les calmars de Fred, clairement tout juste sorti du congélateur, sont caoutchouteux, chaud à l’extérieur, mais tiède à l’intérieur comme s’il n’avait pas été assez cuits, de plus, ils ne sont pas croustillants. Bref, très ordinaire.

Bon, on ne se décourage pas, ça peut arriver, nous avons encore de l’espoir en nos plats principaux; escalope de veau de lait sauce citronnée et bavette de boeuf. Les assiettes arrivent, encore une fois, elles ne sont pas belles à regarder et nous avons tout deux les mêmes accompagnements malgré deux plats différents. Je prends une bouchée et retient une grimace. La sauce est tellement amère et acide, ce n’est vraiment pas bon. Les légumes ne sont pas assez cuits et les petites patates non plus. Ça va mal. La bavette de Fred, bien que tendre à souhait, ne goûte absolument rien. Une chance qu’on avait une bonne bouteille pour noyer notre déception (voir prochain blog). De plus, un mal de ventre assez important c’est manifesté après la salade César et nous avons du quitter en apportant nos dessert à la maison. Dessert correct, mais certainement pas fait maison.

Donc, ne vous laissez pas charmer par ce décor enchanteur, car vous déchanterez assez vite de la nourriture. Nous n’avons pas été malchanceux car j’ai été voir d’autres commentaires sur guideresto Voir et ce n’était pas positif du tout. Au moins, vous en êtes avisés!