Archives de Catégorie: Les bulles

Moscato Bartenura Provincia di Pavia 2010

Achat: SAQ

Prix: 16,55$ en SAQ ou 12,95$ dans les LCBO

Pays: Italie

Région: Lombardie, plus précisément dans la province de Pavia

Apogée: à boire maintenant, ne se garde pas vraiment

Mise en contexte:

J’adore les vins doux en apéro et un de mes préférés est le Nivole ( un blog viendra sûrement d’ici peu). Le seul petit hic, c’est qu’il se vend près de 12$ le 375ml. Résultat: un peu dispendieux et la bouteille se vide vite si vous êtes plus de 2.  La conseillère à la SAQ nous a donc conseillé ce Moscato en nous disant qu’il ressemblait beaucoup au Nivole. Moins cher, plus grosse bouteille, semblable, elle avait raison. D’ailleurs, c’est le même cépage, le muscat, qui entre dans la composition de plusieurs vins de dessert (qui comme vous le voyez, se boivent aussi très bien en apéro). Autre aspect intéressant; malgré leur goût sucré, ces vins sont moins caloriques dû à un taux d’alcool plus bas (5%). On aime ça et nos fesses aussi 🙂

Bartenura semble être un gros producteur de vin. Je dis semble, parce qu’on ne récupère pas beaucoup d’information sur leur site Internet. Ils produisent donc 17 sortes de vin, leur produit vedette est le Moscato, facilement reconnaissable à sa bouteille bleu ciel. Fait amusant et assez inutile, on retrouve sur le site un bar virtuel qui vous donne des recettes pour concocter des cocktails à base de leurs produits.

Dégustation:

C’est définitivement le cousin du Nivole. Un peu moins effervescent, juste pour dire qu’on sent quelques bulles sur la langue, c’est pourquoi je l’ai classé dans les bulles même s’il en contient moins que les vins mousseux. Au nez, on reconnaît les pêches, un parfum floral se rapprochant du lys et finalement, roulement de tambour, du chocolat blanc, parfaitement reconnaissable 🙂

Il faut le boire très frais parce qu’il est très sucré, ça évite de tomber sur le cœur. 1 seul verre suffit, autre avantage pour les foufounes 😉  Au goût, c’est fidèle à ce qu’on sent: fruité (les pêches), sucré avec un petit goût floral. Je trouve qu’il est moins bien fait que le Nivole, moins raffiné, plus direct, mais c’est tout de même très bon. La prochaine fois, je comparerai les deux, j’aurai peut-être une meilleure idée.

L’été sur la terrasse, ce sera excellent. Ça accompagnera aussi très bien des desserts de style verrine de fruits frais ou encore un bon gâteau au fromage. Mais ce qui serait vraiment très bien, c’est avec du fromage bleu ou un hors d’œuvre à base de fromage persillé.

Bref, gardez-en une bouteille au frigo, ce sera idéal pour des invités de dernière minute ou encore pour célébrer la fin de semaine, un vendredi soir, avec des petites bouchées.

Champagne Louis Roderer brut

Payer pour le nom?

Achat: ABC liquor store, Cocoa Beach, Floride

Prix: 42$ US, 66$ en SAQ, environ 38 euros en France

Apogée: à boire maintenant, mais il semblerait qu’on peut le garder près de 3 ans, sans changement.

Pays: France

Région: Champagne

Mise en contexte: La maison Roederer est une des maisons de Champagne jouissant d’une réputation exceptionnelle et d’un prestige incontesté. D’où ma question en début d’article: payons-nous pour le nom au même titre que des gens vont payer 100$ pour un t-shirt en coton fait en Chine avec un mini logo dessus?

Tout d’abord, on peut affirmer que ce Champagne n’est pas fait avec des raisins cheap provenant d’Asie 🙂 La maison Roederer est propriétaire de plus du 2/3 de ses raisins, elle n’a donc pas besoin d’en acheter beaucoup et s’occupe comme il se doit de ses fruits. Plusieurs producteurs de Champagne achètent 100% des raisins qu’ils utilisent. Les vignes sont chouchoutées et élevées en biodynamie (ils ne possèdent par contre pas l’appellation).

La biodynamie est une forme de culture en harmonie avec la vigne, comme l’agriculture biologique, mais encore plus poussée. Sans entrer dans les détails, ils utilisent le cycle lunaire qui influence la croissance des plantes, les vignes doivent avoir un espace minimum, la production est donc plus modeste mais les vignes sont mieux traitées.

La première cuvée date de 1776. Dès le 19e siècle, le Champagne Louis Roederer connaît une popularité et une réputation de finesse et de qualité. Le Tsar de Russie Nicole II est même à l’origine de la fameuse cuvée Cristal. Il fit envoyer son maître de chais en France et c’est ainsi que fût mise au point cette cuvée exceptionnelle que vous pouvez vous procurer pour plusieurs centaines de dollars. Mais le Tsar exigea que ce liquide divin soit servi dans un contenant à sa hauteur et c’est ainsi qu’on fit faire une bouteille en cristal qui donna son nom au produit.

De plus, afin d’assurer une qualité continue au produit, on utilise des produits qui répondent à des critères stricts, autrement, on ne les utilise pas. La confection de ce Champagne dure au minimum 6 ans (pour la bouteille qui nous concerne qui est la plus bas de gamme de cette maison).

Donc, avec tous ces renseignements, on vient quand même de justifier une portion du prix. Évidemment, le nom l’influence aussi, mais qu’en est-il au niveau du goût?

Dégustation: On est d’abord étonné de la couleur jaune doré assez prononcée du vin. Au nez, on découvre plusieurs arômes différents, difficiles à identifier, mais allons-y tout de même pour le classique pain grillé, mais aussi un petit côté fruité que j’avais rarement senti chez un Champagne rappelant l’abricot ou la mandarine. Les bulles sont très fines, assez nombreuses. Dans la bouche, on sent la finesse du produit. Il y a une bonne fraîcheur due à une acidité bien contrôlée. C’est bon, même si pour ma part, je préfère les Champagnes ou vins mousseux avec une concentration plus forte en sucre. Ce Champagne, il est sec. Donc il accompagnera à merveille des trucs gras; foie gras, fruits de mer même des fromages.

J’ai acheté cette bouteille pour souligner l’achat du bureau d’audioprothésiste par mon amoureux. Pour un événement comme ça, ça prend une bouteille d’exception. Nous l’avons dégusté avec plusieurs hors d’oeuvres; fromages, huîtres en écailles, ailes de poulet, crevettes. Et franchement, c’était délicieux. Bon, les ailes de poulet avec le Champagne ça peut avoir l’air étrange, mais ce n’était pas désagréable en bouche et avec les fromages, j’ai vraiment été surprise 🙂

Comme je l’ai déjà dit, le Champagne a un statut qui le lie souvent aux événements heureux. À ce prix, restons-en là, mais le plus important, peu importe le prix, c’est de vous assurer que vous aimez ce que vous buvez et que vous l’appréciez à sa juste valeur. Et c’est là tout le secret de choisir son vin: ne pas prendre en compte le prix et la réputation de la maison qui le produit. Fiez-vous à vos goûts et faites-vous plaisir 🙂

White zinfandel Beringer rosé, collection 2010

Bon en apéro et pas cher!

Achat: SAQ

Prix: 11,95$, on aime ça 🙂

Apogée: prêt à boire, ne se conserve pas vraiment

Pays: États-Unis

Région: Californie, Napa Valley plus précisément

Mise en contexte: comme je l’écrivais dans le billet sur le champagne Dorgeval, la Californie offre de belles options moins chères de vin mousseux. Le Beringer en est un bon exemple.

Tout a commencé en 1868 lorsque Jacob Beringer embarque sur un navire pour traverser l’Atlantique vers l’Amérique. L’Allemand et son frère Frederick (qui étaient arrivé avant et ne cessait de vanter les mérites du Nouveau-Monde) ne sont point satisfaits de New York et de son dur climat, ils poursuivent donc leur route vers Napa et feront l’acquisition de leur premier vignoble en 1875. Ils y retrouvent un sol semblable à celui de la vallée du Rhin et un an plus tard, Beringer est fondée. Aujourd’hui, Beringer est le plus vieux vignobles de Napa qui a toujours été en opération. En 1986, Laurie Hook devient l’oenologue du vignoble et elle est accompagnée de l’Italien Ed Sbragia. Beringer est désormais un des plus gros vignobles de Californie, offrant plusieurs gammes de vin, du très abordables au dispendieux en passant du rosé, au blanc, au rouge et au vin mousseux. On peut visiter l’endroit, participer à des dégustations et à des événements gastronomiques.

Dégustation: Je vais être honnête avec vous, faire la différence entre un champagne est loin d’être évidente. Par contre, dans ce cas-ci, il n’y a aucun doute. Le produit, quoi que très bon, n’est pas raffiné, les bulles sont grosses, ce n’est pas fin en bouche. Moi qui ne suis pas calée pour les bulles, je l’ai remarqué tout de suite. Je n’essaie pas de rabaisser le produit, bien au contraire car je l’ai bien aimé. Seulement, c’est bon en apéro, l’été, entre amis pour démarrer la soirée. D’aucune façon je ne prendrais ce mousseux avec du foie gras ou des huîtres comme on pourrait le faire avec un champagne ou un vin mousseux de plus haute gamme. Bref, comme cocktail, c’est parfait, pas cher, bon, on l’aime pour ce qu’il est 🙂

La couleur, rose assez prononcée est très attrayante, une couleur d’été, de piscine et de terrasse 🙂 Au nez, on sent le gâteau au fromage avec fraise! Heuuu, oui oui, on reconnaît des arôme de beurre et de fraise donc ça nous rappelle vraiment ce dessert newyorkais. Évidemment, on le sert très très froid. Il n’est pas sec du tout, ça coule en bouche, emplissant nos papilles de sucre et de confiture de fraise. C’est du bonbon, un drink de fille comme diraient certains 🙂 Et c’est traître, on ne sent ni ne goûte l’alcool donc c’est idéal pour commencer une soirée qui on ne sait pas comment elle peut finir. Pour les party où il y a beaucoup de monde et que vous voulez offrir des bulles, c’est l’idéal premièrement, à cause du prix, ensuite, à cause de son côté accessible vu son goût de fraise et l’absence d’astringence.

Bref, idéal pour nos chaudes soirées d’été en bonne compagnie ou seulement pour se faire plaisir 🙂

Champagne Dorgeval demi sec

Champagne!

Achat: Monoprix, Paris

Prix: 16,79 euros

Pays: France

Région: Champagne

Apogée: prêt à boire maintenant

Mise en contexte: Le champagne est associé au luxe, à la célébration. D’autant plus qu’ici, grâce à la SAQ et son merveilleux monopole, on paie assez cher pour cette boisson. On ne trouve rien en bas de 45$. En France, même si le champagne est aussi associé aux célébrations, il est beaucoup plus abordable. On peut trouver de très bonnes bouteilles en épicerie (hé oui, en épicerie) pour 13-14 euros. Mais le champagne a une histoire des plus particulière qui contribue à sa renommée.

Tout cela commence donc au Moyen-Âge où les religieux s’occupent des vignes et où leur vin est but lors des messes. Saint-Rémi, évêque de Reims (capitale de la Champagne) y baptisa le premier roi de France Clovis (après que celui-ci se soit converti au catholicisme). Jusqu’en 1825 les rois de France y seront baptisés et évidemment, suite à l’événement, on célébrait en grand avec des vins fins de la région. Bien vite, on se rendit compte de la qualité des vins champenois et cela, bien en dehors des frontières françaises de l’époque. Durant la Révolution française, c’est le seul breuvage digne qu’on servira aux révolutionnaires pour leur donner du courage! Durant le Congrès de Vienne (1815), le champagne coulait à flot aussi. C’est aussi le champagne qu’on utilise pour baptiser les navires avant leur premier départ. Bref, on associe champagne à la fête 🙂

Suite à cette renommée, on décida de fournir une appellation contrôlée au produit. Ainsi, seuls les vins mousseux produits en Champagne peuvent prétendre au titre. C’est grâce,entre autre, à leur terroir particulier que ces vins se démarquent. Il faut aussi mentionner le travail des artisans champenois.

Il y a aussi 5 types de champagne (sec, demi sec, brut, extra dry, extra brut). Ce qui définit ce type, c’est la concentration de sucre de canne et de vin vieux qui entre dans la composition du vin. Demi sec étant le plus sucré et extra brut, celui qui en contient le moins.

Depuis quelques années, les grandes maisons champenoises traversent l’Atlantique et l’Amérique pour aller créer du vin mousseux en Californie. On retrouve ainsi de très bons produits pour moins cher. La méthode reste sensiblement la même, mais les vins ne peuvent jouir de l’appellation champagne, ils demeurent donc vin mousseux.

Dégustation: le champagne, gracieuseté de mes parents, est un demi sec, ce qui veut dire qu’il était assez sucré. Différent, avec un goût floral et sucré, il accompagnerait à merveille du foie gras (tant qu’à être dans la haute gastronomie!) et se boit aisément. Parenthèse: on reconnaît aussi la qualité d’un champagne à la quantité de bulles présentes dans un verre et à leur finesse. Dans le cas du Dorgeval, les bulles étaient assez fines, mais sans être en nombre astronomique. Fidèle à plusieurs autres champagnes, il dégageait des notes de céréales et de pain grillé. Et ce que j’ai le plus apprécié, c’est l’absence d’effet astringent en bouche, dû probablement au haut taux de sucre.

Désormais, le champagne n’a plus de secret pour vous 🙂 Il ajoute aussi une touche romantique et festive à n’importe quel événement. Évidemment, si vous allez en France, vous pouvez vous en procurer pour quelques euros, mais ce qui est intéressant à savoir, c’est qu’aux États-Unis, il est parfois encore moins cher selon l’endroit où on l’achète. La Champagne offre aussi plusieurs endroits qui semblent merveilleux à visiter. Châteaux, vignobles, cathédrales se succèdent pour offrir une multitude de chose à découvrir. Vous pouvez être sûrs que j’y ferai un trip de bouffe et de vin 🙂

En attendant, santé! 🙂