Archives de Catégorie: Restaurants

Description des restaurants que nous visiterons. Menu, prix, ambiance, vous saurez tout!

Grizzly House, Banff, Alberta

Vaut mieux réserver pour aller au Grizzly House les soirs de fin de semaine. Cette ancienne discothèque, transformée en restaurant de fondue bourguignonne et grillades sur la pierre à une ambiance des plus cool. Poutre et décor en bois, avec totems et faux animaux, tout le kitch albertain se retrouve dans cet endroit bruyant et chaleureux. À chaque table, un téléphone qui fonctionne et qui communique soit avec les autres tables ou les toilettes, symbole d’une autre époque où les gens y allaient pour danser et rencontrer.

Notre serveur, ultra sympathique, a perçu la détresse de Hugo alors qu’il était au téléphone et nous a offert de la téquila. Ouf, ça commence fort! Nous avons opté pour le trio de fondue avec une entrée. Soupe à l’oignon gratinée délicieuse et généreuse, suivi d’une debile fondue au fromage et ses gousses d’ail confite qu’on a partagée. Pour le repas principal, de la viande (cerf, bison, canard et wapiti pour moi) que j’ai opté de faire griller sur la pierre, accompagnée de 4 sauces. On mange tranquillement, on jase au travers le bruit des autres conversations, merveilleuse soirée 🙂 

Au final, un plat de fondue au chocolat et fruits. Difficile d’être degueu comme souper. J’ai adoré et je recommande. Je n’ai pas payé l’addition (merci Jade et Hugo!) mais je dirais que ce n’est pas donné, mais que l’endroit et la bouffe valent bien le déplacement!

Bouillon Bilk, 1595 boul. St-Laurent, Montréal

Hé non, je ne suis pas morte! Seulement tellement occupée que je néglige un peu mon blog…  Je ne pouvais pas passer à coté du Bouillon Bilk sans vous faire part de mes impressions 🙂

Resto sur la rue St-Laurent, Bouillon Bilk existe depuis 2011. Lorsqu’on entre dans l’endroit, on ne pourrait pas dire exactement comment on se sent.  Je trouve que ça manque un peu d’ambiance.  Le décor est un peu froid, l’accueil n’est pas vraiment chaleureux, mais c’est bondé de monde.  Il y a un grand bar au centre de la pièce. Notre serveuse, sera beaucoup plus sympathique que l’hôtesse qui nous aura assigné une table.

Les verres d’eau arrivent de même que 2 grosses tranches de pain, surement maison, dense et moelleux à souhait.  Par contre, une quantité ridicule de beurre non salé les accompagne. Bon pour mes fesses, moins dans ma bouche par contre.

Quand nous visitons ce genre d’endroit, qui nous a, soit dit en passant, chaudement été recommandé et qui se classe parmi les meilleures tables de Montréal sur TripAdvisor, on laisse la cheaperie de côté et on se lance.  Autrement, comment bien apprécié l’endroit si on se limite trop?  Nous avons donc commencé le repas avec une douzaine d’huitres fraiches sur glace. 10 de la côte Est et deux de la cote Ouest (pour Fred car je ne les aime pas tant).  Servi avec trois sauces maison: une aux tomates et raifort, une mignonnette vinaigre de vin blanc et rhubarbe et une mignonnette classique.  Très bon.

Nous continuons avec les entrées et commandons chacun un verre de vin, un Riesling pour moi et un côte de Beaune (je ne suis pas certaine…) pour Fred.  Des importations privées, correctes, mais sans plus.  Je me laisse tenter par l’entrée du moment: un sashimi de thon rouge de la Nouvelle-Écosse avec fraises, basilic, feuille de Nori croustillante, petit pois et une mayonnaise aux fèves fermentées. Beau pour les yeux, délicieux dans la bouche, mais j’avoue que la portion m’a laissé perplexe, c’était minuscule et pour le prix, on était en droit de s’attendre à quelque chose d’un peu plus consistant! Le thon fondait dans la bouche et le sucré de la fraise et la fraicheur du basilic offrait un agréable rafraîchissement en ce soir de canicule.

IMG_0022

Fred a opté pour le tartare d’agneau aux épices berbères, aubergines, fleurs de courgette grillées, pêches et fromage frais.  C’était bien, on goutait les accents maghrébins du plat, mais il manquait un petit quelque chose, une épices, un sel, qui aurait rehaussé le goût des aliments.  Portion un peu plus rassasiante, encore une fois, l’oeil se régalait autant que le reste face aux détails et à la confection de l’assiette.

IMG_0023

Mais le clou de la soirée revient aux repas principaux que nous avons choisi.  J’ai jeté mon dévolu sur la poitrine de pintade, sauce crémeuse aux morilles, copeaux de foie gras, purée de mais, pêches fraiches.  Honnêtement, j’ai dû faire mon deuil lors de ma dernière bouchée.  La pintade rôtie sur un coté, juteuse et tendre dans l’ensemble était délicieuse, mais que dire de la sauce! De grosses morilles sur ma pintade, des saveurs qu’on ne mange pas souvent, fabuleux. J’ai redemandé du pain pour nettoyer mon assiette c’était trop merveilleux. Les légumes, croquants et le fair gras, fondant complétaient l’assiette pour un maximum de saveurs et de textures.  Franchement, c’est surement un des meilleurs plats que j’ai mangé dans ma vie, rien de moins!

IMG_0024

Mon chéri n’a pas été déçu non plus par son plat.  Trois énormes pétoncles, cuits à l’unilatérale, fondant et savoureux dans une sauve hollandaise maison délicieuse avec chou-fleurs, champignons shitake, poires et un petit beurre noisette.  Son assiette, aussi belle que les autres était un réel succès et c’est à ce moment que nous avons compris pourquoi le restaurant jouissait d’une aussi bonne réputation.

IMG_0025

Nous ne pouvions terminer la soirée sans prendre un dessert.  Mon homme est allé dans la fraicheur avec des fraises accompagnées d’une crème chantilly au chocolat blanc, d’amande et de biscottis au matcha.  Bon et frais, le tout servi sur une eau à la fraise, c’était estival.

IMG_0028

J’y suis allée dans le un peu plus cochon avec un gâteau au tamarin, noix de cajou, chocolat, yogourt à la cardamome et mangue.  Tendre et moelleux, le gâteau au tamarin (ils utilisent cet ingrédient au lieu de liant à base de gluten) était accompagné de sorbet à la mangue ainsi que de morceaux de ce fruit frais.  Du chocolat le recouvrait de même que le petit sablé au noix qui était vraiment savoureux.  Très très bon dessert, à ne pas manquer!

IMG_0027

Est-ce qu’on va chez Bouillon Bilk? Absolument, mais on prépare le budget en conséquence.  Je ne crois pas qu’on puisse s’en sortir en bas de 200-250$ par couple pour une soirée avec vin et tout, si on veut s’offrir plusieurs services.  Pour les plus petits budget, le repas du midi peut être une bonne option

Gibb’s lighthouse dinning room, Southampton, Bermudes

Nous avions été au phare durant la journée, c’est à environ 15 minutes de l’hotel.  Au pied de la structure se dresse un petit restaurant avec une dizaine de tables qui est très bien coté sur Tripadvisor.  Nous y avons donc réservé une table.

Petit resto charmant avec des photographies en noir et blanc, nous sommes accueillis chaleureusement comme partout aux Bermudes. S’il avait fait jour, nous aurions eu une vue sur la mer et les maisons aux couleurs patelles qui la borde. 

Menu italien encore une fois, je choisis le carpaccio de boeuf.  Servi avec un peu de fromage bleu émietté, de la roquette et une petite vinaigrette citronée, c’est très bon.  Fred choisit une entrée de burrata, servie sur du cantaloup avec du prosciutto. Une boule entière, ferme à l’exterieur, coulante à l’intérieur, le prosciutto est aussi un délice.  Vraiment une bonne entrée tant au niveau de la quantité que de la qualité.

Comme plat de résistance, Fred opte pour le jarret d’agneau, servi sur une polenta. Personellement, je n’ai pas vraiment apprécié, mais ce n’était pas mon plat et l’amoureux s’est dit convaincu. Jai choisi les raviolis au homard. Raviolis faits maison, servis dans une sauce rosée avec de gros morceaux de homard, c’était très bon et d’une portion raisonable.  Le tout accompagné d’un Bon Chianti classico, nous avons beaucoup aimé notre repas.

Nous avons aussi partagé un fondant au chocolat surmonté d’une boule de crème glacée maison à la vraie vanille absolument décadent. C’était parfait, j’ai adoré et c’est complètement enchantés que nous sommes retournés à l’hotel. Si vous allez aux Bermudes, vous devez essayer ce charmant petit restaurant 🙂

Bacci’s, Southamton, Bermudes

Nous étions affamés. Il faisait noir, nous venions d’arriver de l’aéroport. La ville étant à une bonne heure de marche, nous avons décidé de nous rabattre sur le resto italien de l’hôtel. Et nous n’avons pas été déçus! 🙂 

Resto d’allure familiale, un genre de Pacini des Bermudes, nous sommes accueilli par Dominique qui vient des iles-de-la-Madeleine! Service très chaleureux, petite table intime, le repas débute avec un pain ultra moelleux genre Focaccia et un beurre de citrouille qui ressemble plus à de la courge butternut (mais bon, on est pas à une sorte de courge près). Cest très bon. 

image

image

image

On opte ensuite pour 3 entrées: pieuvre grillée, salade fichi (mesclun avec figues farcies le tout entouré de proscuitto)et une assiette d’antipasti. Un vrai délice sauf un des fromages de l’assiette de charcuterie qui devait être sur le bord de se mettre à marcher!

Comme repas principal, j’ai pris 5 gros pétoncles cuits au beurre et à la perfection, sur une purée de chou-fleur, accompagnés d’asperges grillées, c’était merveilleux. Fred a pris le macaroni de la maison, portion gargantuesque mais oh combien délicieuse, avec chorizo, petit pois, viande effilochée dans une sauce tomate crémeuse épicée. Vraiment très bon. Tout ça accompagné d’un bon Chianti et d’un immense morceau de gâteau au fromage léger comme l’air pour dessert.
image

image

On recommande fortement, mais comme tous les restos des Bermudes, c’est très cher. Un peu plus de 200$ US pour ce délicieux repas et comparé aux autres restaurants aperçus, c’est dans les prix!

Pho 21, 1454, rue Amherst, Montreal

Sans faire de mauvais jeux de mots, il FAUT que vous alliez là. Ce petit Resto vietnamien vient de prendre une place toute spéciale dans mon cœur. J’y suis allée deux fois en deux jours et je suis presque tentée de dire qu’il est parfait. Premièrement, c’est un apportez votre vin. Ensuite, c’est propre, c’est beau, c’est surtout délicieux et pas cher. Et comme si ce n’était pas assez, le gentil propriétaire dont j’ignore le nom, mais je me renseigne la prochaine fois que j’y vais, est tout simplement adorable.

Les deux fois où j’y ai mis les pieds (en 3 jours), aucun problème pour me stationner, à mes frais bien évidemment, mais quand même! L’extérieur en bambou est charmant, l’intérieur avec sa brique rouge et ses couleurs chaudes chaleureux. Des tables sans prétention permettent d’assoir une quarantaine de personnes. Mercredi soir, c’était tranquille, vendredi midi, complètement bondé. Il y a une table d’hôte 3 services avec plusieurs options pour une vingtaine de dollars par personne venant aussi avec thé et biscuit de fortune 😉

Jai opté pour la soupe au poulet en entrée, un vrai délice. Pleine de légumes, de nouilles et de poulet savoureux, ça réchauffe le corps et l’âme en cet automne froid et humide. Jai ensuite pris le Pad Thaï au poulet, délicieux lui aussi. Santé et pleine de goût, j’en suis à mes balbutiements en matière de cuisine vietnamienne, mais jusqu’à présent, je suis conquise. Fred a pris les nouilles croustillantes au fruits de mer et ca, ca, c’était quelque chose. Trooooooooop bon! J’ai d’ailleurs récidivé avec ces nouilles lors de mon passage pour le lunch. Le rouleau impérial ne m’a pas déçu non plus!

Le propriétaire est charmant, gentil et attentionné. Nous avons d’ailleurs parlé de notre voyage au Vietnam où il nous a donné quelques informations. Bref, Pho21, on a pas fini de se voir, surtout que tu es à distance de marche de l’université. Ta cuisine, ton authenticité et ton accueil vient de te hisser dans mes coups de cœur culinaires à Montreal!

Brasserie T, quartier des spectacles, Montréal

Petite déception…

La réputation de Normand Laprise n’est plus à faire. Quiconque a déjà mis les pieds au Toqué! a sans doute été charmé par la qualité des plats qu’il y a dégustés. C’est donc dans cet état d’esprit que j’y ai amené ma mère pour fêter son anniversaire.

Petit bistro fait sur le long à la décoration minimaliste, l’endroit est tout de même accueillant et original. J’avais réservé sur Internet en mentionnant la raison pour laquelle nous venions, cela n’a pas été pris en considération, mais bon, nous avons eu une table sur la terrasse, c’est tout ce qui comptait en ce mardi après-midi de canicule. La terrasse donne sur un jeu de fontaines qui valsent au son de musique classique, c’est très bien. J’imagine que ce doit être encore plus beau le soir, surtout que la machinerie de construction qui rénove l’édifice en face doit s’être arrêtée.

Jour de fête oblige, nous commandons 2 flutes de champagne (15$ chaque). Les verres sont généreux, les bulles rafraichissent, le soleil brille, c’est merveilleux. Ma mère opte pour une salade verte en entrée, très bonne, mais 7$ pour quelquesde feuilles, ça me semble exagéré. Je choisi le tartare de saumon. Délicieux, frais, servi avec la même salade que ma mère, le plat me satisfait et me met en appétit pour le reste.

En repas principal, le tartare de boeuf a comblé ma mère. Bien relevé et assaisonné. Efficace. J’avais choisi la bavette de boeuf avec les frites. Si les frites étaient bonnes (on s’entend qu’il n’y a pas d’exploit ici), la bavette m’a beaucoup déçu. Petite portion, on a privilégié les patates dans l’assiette, avec une sauce qui goutait trop fort à mon gout et à celui de mon accompagnatrice. La viande n’était pas tendre et avait beaucoup de tirailles comme dirait mon père. La présentation des plats n’était pas plus soignée qu’il le faut. Nous avons pris 2 verres de vin rouges qui, eux, étaient très bon et de bonne quantité.

Je sais que la Brasserie T n’est pas le Toqué!. Par contre, le prix des assiettes est assez élevé et avec le chef Laprise qui y signe son nom, on est en droit de s’attendre à quelque chose qui sort de l’ordinaire, hors, ce n’était pas le cas. J’avais lu avant d’y aller une critique dans La Presse qui allait dans ce sens, mais vu qu’elle datait, je me suis dit que ça serait surement mieux. Au final, la facture m’a couté aussi cher que si j’étais allée au Toqué! pour le diner.

Donc, est-ce qu’on y retourne? Non merci, pas pour moi.

Bistro Le Lustucru, 5159 avenue du parc, Montréal

Le Lustucru me trottait dans la tête depuis un bon moment, mais grossesse oblige, j’ai dû le placer sur la liste d’attente, question de devoir renouer avec les aliments crus un coup ma poulette venue au monde.

C’est donc un vendredi soir ou les enfants étaient chez mamie que  nous sommes descendus en ville, comme dirait les plus vieux, pour aller se bourrer la face dans les tartares.  Je n’irai peut-être pas jusqu’à revendiquer le titre de la personne aimant le plus les tartares sur Terre, mais je dois être dans le top 20 je crois bien 😉 Sauf lorsque j’attends un enfant, ce qui ne devrait plus être le cas, j’en mange au moins une fois par semaine et sans me péter les bretelles, ceux que font mon chum sont pas mal délicieux. Disons que la barre est haute et que j’ai la critique facile.

C’était notre jour de chance, nous avons trouvé une place de stationnement sans vignette, sans parcomètre! On se sent toujours un peu imposteur quand ça nous arrive, c’est tellement rare. On relit les pancartes, on est pas trop surs, on regarde deux fois pour être sur qu’il n’y aurait pas une entrée ou une borne fontaine de cachée. Au retour, pas de contravention, j’imagine que ça veut dire qu’il y a encore des endroits comme ça à Montréal, ils sont en voie d’extinction, mais bon….

De l’extérieur, le restaurant passe un peu inaperçu. Sa façade étroite et sa mini terrasse se confondent un peu dans le brouhaha de la rue Parc, mais lorsqu’on y pénètre, on se rend compte que l’endroit est très profond (je vous concède que hors contexte, cette phrase est louche).  Tout en simplicité, avec une cuisine ouverte, l’endroit est bondé et un peu bruyant vu la quantité de personnes présentes. J’avais réservé, ce qui n’est pas une mauvaise idée.

Le serveur arrive, ultra sympathique et disons-le, pas laid du tout non plus et nous décidons de commencer la soirée avec une douzaines d’huitres et un petit verre de bulles.  Pas d’enfant, on est presqu’en vacances, c’est la fête!  3 sortes d’huitres venant de l’ile du Prince Édouard servies sur du gros sel avec citron et une délicieuse petite mignonnette. Présentation ok, mais personnellement, je les préfère sur de la glace, ce qui n’est pas toujours évident, je vous le concède. 29$ pour l’assiette.

Affamés que nous sommes, nous décidons de prendre la totale qui consiste tout simplement à prendre tous les plats qui sont sur la carte, il y en a 10, pour 115$, ce qui est très raisonnable.  Le serveur nous averti que c’est une très grosse portion, l’amoureux insiste et c’est parti.

  
Cela débute avec les plats à base de poissons, qui m’inspiraient moins au début, mais qui ce sont avérés tout simplement fantastiques.  5 plats magnifiques et j’insiste vraiment sur la présentation, on mange d’abord avec les yeux, et tous absolument délicieux’ Je vous les énumère: tartare de saumon à la coriandre, purée d’avocat, gelée de soya et chips de crevette. Mention spéciale à la gelé de soya! Probablement un de mes préférés.

Filet de veau aux épices, pavé de thon rouge frit au panneau, sauce à l’aneth, câpres frites et concombre. Original et très bon aussi.

Gravlax de truite à l’huile de sésame roti, salade de fenouil et coulis de mangue. Tout en fraicheur!

Tartare de cardeau au caviar, concombre et mayo au sambal oelek, avocat et galette de risotto frite. Vive le risotto frit 🙂

Ceviche de turbot de la Gaspésie, frais du Qc, crème sûre, oignons marinés, laitue de mer et basilic thai. Un autre de nos coups de coeur, c’était à tomber par terre.  Tout cela accompagné avec un Sancerre qui goute le ciel, une importation privée que nous nous devons de retrouver.

  
Suivait ensuite le 2e plateau, celui des viandes. Tout aussi bon, quoi que moins surprenant vu que je suis plus habituée de manger ces produits.

Tartare de boeuf, mayo aux tomates séchées, chips et caprons. Un de mes préférés en ce qui concerne les viandes.

Tartare de filet de cheval en croute d’épices, salade de chou chinois au yogourt, salsa de mangues, balsamique. Mon second coup de coeur. Le cheval, bien qu’aillant parfois mauvaise presse parce que les gens trouvent qu’un cheval, c’est plus cute qu’une vache, est une viande absolument fantastique. Gouteuse, maigre et très abordable en épicerie, ça vaut la peine d’y gouter.

Tartare de magret de canard aux noisettes rôties et moutarde de raisin de Corinthe, rémoulade aux pommes. Plat un peu plus sucré et oh combien onctueux.

Tartare d’agneau aux poivrons rôtis, aneth et moutarde, salade de PDT rattes et cornichons maison.  Heureusement pour moi, le poivron se faisait discret.

Carpaccio de filet de boeuf, salsa verde, salade de champignons marinés, échalotes frites et copeaux de Padano. Un délice aussi.

  
J’y suis retourné la semaine d’après avec des amis qui voulaient l’essayer, nous avons repris la totale, mais à quatre, ce qui était amplement suffisant avec des frites et de la salade en extra qui étaient très bonnes.  Nous avions amené les enfants, ils ont été très bien reçus, jamais nous n’avons eu l’impression de déranger. Par contre, c’était mercredi et le resto n’était pas aussi achalandé que le vendredi précédent.  Une serveuse tout aussi sympathique nous a accompagné tout au long de la soirée.  Tous les tartares sont coupés au couteau et une attention méticuleuse est accordée à l’hygiène, un must quand on sert du cru.

Bistro désormais dans mon coeur, j’ai hâte que leur nouveau menu sorte pour aller le découvrir et ainsi pouvoir encore me gaver dans de succulents plats sans cuisson ou la fraicheur et la qualité du produit sont mis en valeur (seigneur, on se croirait au Chefs!).