Archives mensuelles : avril 2020

Manger en quarantaine: thématique Espagne!

Haaa l’Espagne, juste le nom évoque la mer, les vignobles, les tapas, la paella et la sangria (ce qui n’a aucun rapport puisque les Espagnols n’en boivent à peu près pas!  Il y avait beaucoup de choix, mais je voulais limiter les féculents, j’essaie de faire attention… Donc on excluait la paella qui nécessite de toute manière des fruits de mer frais et en ces temps de confinement, c’est plus compliqué.

Nous avons donc décidé de faire des tapas, qui sont en fait des bouchées.  Il y en a pour tout les gouts et je me souviens très bien de nos soirées à Barcelone ou l’on se promenait de bar en bar afin de déguster un verre de vin (ou de sangria parce qu’ils en proposent pour les touristes bien sur) et quelques tapas.  Comme j’étais due pour une épicerie, j’ai jeté mon dévolu sur des charcuteries de ce pays. Beaucoup plus dispendieuses ici que là-bas, j’ai donc choisi du jambon serrano (un semblant de prosciutto), du jambon ibérique (un autre semblant de prosciutto, mais beaucoup plus cher et super tendre), du chorizo et on s’est fait un bon petit plateau avec des olives bien sur.

J’avais également du prosciutto classique à la maison que j’ai marié à du cantaloup.

Dans le congelo se mourraient des petites pâtes feuilletées que nous avons garnies de pleurotes sautées à l’ail avec la tapenade de champignons de Champignons Charlevoix et du fromage de chèvre. Ça n’a rien d’espagnol, mais c’est ça la beauté des tapas, on peut faire ce qu’on veut, tant que ça se mange avec les doigts et tadam, voici un tapas!

Chez Bourassa, il y avait également de la mozzarella fraiche en vente, servie avec des tomates fraiches, mais arrosée d’une huile d’olive de chez Torres (le vignoble ou ils ont aussi des oliviers), directement acheté là-bas donc c’était quand même un peu espagnol…

Je trouvais que ça manquait de légume alors nous avons essayé un gaspacho, une soupe froide de tomates typique, encore une fois de Ricardo. Malheureusement, elle n’a pas remplie ses promesses et nous l’avons finalement mélangé à une sauce à spaghetti. C’était franchement très ordinaire et les enfants n’ont carrément pas aimé ça.

Dans mon congélo se cachaient également des pétoncles dans leur coquille. Si vous avez la chance d’en acheter, personnellement je les prends à la Poissonnerie La mer à Montréal.  On peut les acheter frais (c’est atrocement cher) ou congelés (beaucoup plus abordables et aussi bon), ça peut se manger cru sans problème, c’est de toute beauté dans leur belle coquille blanche, mais c’est surtout tellement bon. Juste avec un peu de sel, une bonne huile d’olive et une petite herbe fraiche, on se croirait sur le bord de la Méditerranée.

Nous avons terminé tout cela avec un pain Coca. En Espagne, chaque endroit à sa recette, on pourrait comparer ça à un genre de pain fait maison qui est très rapide et sur lequel on dépose ce que l’on veut. Ici, nous avons opté pour une version végétarienne avec des aubergines, des poivrons et des oignons grillés.

Inutile que la table a fait plaisir aux enfants. C’est toujours agréable de voir plusieurs plats différents s’aligner devant nous et de choisir avec les mains, bien lavées au préalable ;), ce qui nous tente.  Encore une fois, nous avons transformé notre souper en expérience tant au niveau de la confection que de la dégustation. Seul bémol, faut s’y prendre assez tot, sinon on se retrouve à manger à l’heure des Espagnols, c’est-à-dire très tard, mais bon, on est confiné, on est pas tant pressé…

4e thématique: les Etats-Unis

La première idée qui nous vient en tête en parlant des Etats-Unis est rarement la gastronomie. Pourtant, ce pays est tellement vaste et regorge de spécialités culinaires qui changent d’une région à l’autre. Ayant vu clair dans le jeu de nos enfants qui rêvaient de fast food, nous avons cédé pour eux. A leur demande, burger et Pogo seront au menu… je crois bien que c’était la première fois de ma vie que j’achète des Pogo, fallait ben une pandémie mondiale pour que ça arrive!

Bon, le fast-food, communément appelé cochonnerie chez nous (on en mange à l’occasion, faut pas venir fou!), ça nous tentait pas tant, alors nous avons opté pour une bavette marinée, pour faire honneur à nos voisins du sud et leur amour du bœuf et du BBQ. Ajoutons à cela des frites de patates douces et une salade de tomate. Par contre, je ne pouvais résister à l’envie de faire un de mes desserts préférés: la Key lime pie!

Pour les cocos, nous avons fait un hamburger qu’ils se sont partagés sur le grill. Si ce plat, avec un Pogo en plus, ne mérite pas vraiment d’éloge, mes pickles et ma relish maison, eux, ne sont pas piqués des vers!

Cette recette m’a été donnée par Monique et depuis, nous n’avons plus jamais acheté de relish commerciale!

Pour les cornichons marinés, la recette de Ricardo fait très bien l’affaire:

https://www.ricardocuisine.com/recettes/5319-cornichons-a-l-aneth

C’est pas parce qu’on mange de la cochonnerie que ça peut pas être cute 🥰

Dans l’après-midi, j’ai mariné ma bavette à la Jean (Jean c’est l’oncle de Fred qui nous a fait découvrir cette recette). C’est à chaque fois un véritable succès et c’est facile comme tout. Par contre, je n’ai pas les quantités puisque j’y vais à l’œil, l’idée c’est d’avoir une marinade consistante qui va couvrir votre viande.

Vous prenez votre bavette et faites des petites marques avec un couteau des deux côtés. Dans un bol vous mélanger de l’huile d’olive, de la pâte de tomate (disons 1/4 de tasse), des épices à steaks (assez généreusement), du jus de citron, un peu d’herbes salées (pas plus qu’une cuillerée à thé) et une gousse d’ail hachée. On mélange tout ça et on fait mariner un bon 4h. C’est sûr que c’est un peu salé, mais c’est si bon! D’ailleurs, pour les amoureux de tartare, la bavette est absolument délicieuse apprêtée crue! Ici nous l’avons fait saisir sur le bbq, on mange ça saignant, et c’était très bon!

Pour accompagner j’ai fait des frites de patates douces. Nous avons acheté la friteuse qui ne requiert pas ou très peu d’huile de starfrit et franchement, ça fonctionne vraiment bien. J’ai lavé mes patates, laissé la peau, coupé en morceaux, mis une cuillerée d’huile végétale, un peu de sel et 30 minutes plus tard, c’était prêt.

Nous avions des tomates à passer. Tranchées, avec un peu d’huile de truffe blanche, du sel et du poivre, tu ne peux pas te tromper! Accompagne l’assiette avec un bon Pinot noir de l’Oregon et franchement, c’est meilleur qu’au resto pour pas trop compliqué!

Toujours en après-midi, j’ai fait la fameuse Key lime pie! Bon, je n’ai plus de jus de lime des keys depuis plusieurs années alors du jus de lime normal donne un très bon résultat. J’avais envie de ce dessert pour 3 raisons: la première c’est que c’est vraiment bon et c’est une recette typique du sud des États-Unis. Ensuite, c’est un dessert que mon ami Benoit aime beaucoup et c’était sa fête cette semaine ainsi que celle de sa blonde, ma très bonne amie Olivia et finalement, nous avons eu , cette semaine, notre rencontre en ligne préparatoire pour notre voyage à Disney qui aurait dû être en juin et qui se terminait dans les Keys. On s’entend que les chances d’y aller sont quasi nulles, alors je nous réconforte un peu avec ce dessert…

généralement, je prends la recette qui est derrière la bouteille du jus floridien. Comme je n’en ai plus, je me suis tourné vers Ricardo. Sa recette est délicieuse, mais différente. La tarte dans les Keys est assez dense et souvent recouverte de meringue. Ici, nous avons une tarte très aérienne recouverte de crème fouettée. Voici la recette de Ricardo, je vous la conseille, c’est facile et ça ne prend pas beaucoup d’ingrédients et c’est vraiment bon!

https://www.ricardocuisine.com/recettes/8187-la-meilleure-tarte-a-la-lime-key-lime-pie

3e souper thématique: le Sri Lanka

Comme nous y étions il y a deux mois (honnêtement avec tout ce qui se passe j’ai l’impression que ça fait 10 ans!), nos armoires sont remplies d’épices et notre mémoire encore fraîche des repas que nous aimions manger là-bas.

Le plat typique est le Rice and curry qui est en fait plusieurs plats présentés simultanément où chacun se sert. C’était donc notre plat. Un petit tour dans la bible du BBQ de Steven Raichlen, mieux connu sous le nom de maître du grill, nous a convaincu pour du poulet tandoori. Les hauts de cuisse avec os que nous avons au congélateur seront parfait. 4 heures de marinade et le frigo embaume les épices et l’ail, ça va être bon! Au passage, nous prenons des naans que j’achète chez Costco. Ça se gèle super bien et j’en ai toujours, c’est un super dépanneur. Nous avons fait cuire le poulet sur le fumoir au charbon, c’était divin! Le goût de fumée rappelait encore plus la cuisine srilankaise.

Poulet tandoori et coco sambol
Voici la recette pour le poulet, c’est juste fou!

Nous faisons également une salade piquante de betteraves, c’est un plat d’accompagnement qu’on mangeait souvent la bas et ça tombe bien, il en restait une au frigo qui traînait. Fred a la capacité d’être capable de recréer les recettes qu’on goute, c’est ce qu’il fera. Nous avons fait des juliennes avec la betterave auxquelles nous avons ajoutés des oignons en tranche assaisonnés avec du sel, du poivre, du jus de lime et un peu du vinaigre dans lequel marinent nos cornichons maison.

Ma révélation en terme de gastronomie a été le Dahl, un mijoté de lentille rouges assaisonné aux épices indiennes. C’est délicieux, ça ne coûte rien, c’est bon pour la santé, vraiment je vous recommande de l’essayer. En plus, des lentilles sèches dans un pot Masson, c’est vraiment beau 🙂 j’ai pris la recette de Ricardo, mais je me suis trompée en la faisant. J’ai mis des épices tandoori au lieu du Garam Masala. Je m’en suis rendue compte immédiatement alors j’ai aussi rajouté les épices masala. Bonne erreur que ce fut, je l’ai trouvé encore meilleur et ça lui a donné une belle couleur orangée plutôt que le jaune un peu ocre initial. Les enfants ont également adoré, je vous encourage vraiment à essayer cette recette. En plus, c’est vraiment pas compliqué à faire! Qu’est-ce tu veux de plus!?!?! Pour accompagner ce plat, j’ai fait un yogourt à l’aneth. La coriandre est plus asiatique, mais j’en avais pas et l’idée est de faire une sauce onctueuse et fraîche pour accompagner le Dahl.

https://www.ricardocuisine.com/recettes/5684-dahl

Une autre découverte merveilleuse que nous avons fait au Sri Lanka est le coco sambol. C’est un assaisonnement qui est tout à fait délicieux et qui ajoute un peu de douceur au plats épicés et piquants. Encore tout droit sorti des facultés mentales de mon chum, j’ai été impressionnée de la ressemblance avec le coco sambol dégusté en Asie!

Voici la recette: noix de coco séchée et râpée ( là bas il utilise de la fraîche, mais ici on oublie ça!), du jus de lime, du piment fort (ça peut être des flocons si vous en avez pas du frais), du sel et du poivre. Nous avons également ajouté 2 gouttes de sauce au poisson pour remplacer les flocons de poissons séchés des Maldives. Ça fait une espèce de pâte et on l’ajoute à tout ce qu’on veut. C’est vraiment bon!

Comme légume, nous avons pris un chou-fleur, qu’on retrouve beaucoup au Sri Lanka, mais nous l’avons cuisiné à la Joe Beef. Rien de difficile et de gras, c’est généralement comme ça qu’on le fait. On enveloppe le chou fleur qu’on aura arrosé d’un peu d’huile d’olive, de sel et de poivre dans du papier d’aluminium. Au four pendant 45 minutes environ à 400 degrés. Lorsqu’on le sort, on l’assaisonne avec un mélange de câpres, de noix et de fromage râpé.

On apporte tous les plats sur la table et chacun se sert selon ses goûts. Les enfants ont vraiment aimé le repas et nous aussi. Une belle expérience différente, santé et peu coûteuse. À refaire!

2e souper thématique: l’Italie

Comme mes enfants ont de la suite dans les idées en cette période de Covid-19, après la Chine, ils ont opté pour l’Italie comme source d’inspiration 🤷🏻‍♀️

Nous avons donc opté pour une entrée d’artichauts et sa sauce ail et cari. Suivie ensuite d’une burrata avec tomates confites à l’huile d’olive et d’une focaccia maison pour terminer avec de la pizza, elle aussi home made.

J’avais demandé à fred de faire la focaccia pendant que j’allais au bureau. De retour vers 16h, il y avait un feu dehors, une partie de deck de piscine de pelleté et un arbre rendu en bûche. Pas grave qu’il me dit, ça prend juste 1h30 à lever, on a le temps, peux-tu la faire? Ok pas de trouble. Je sors mon livre de cuisine, mélange ma levure avec mon eau, ma farine, l’huile d’olive. Premier temps de repos: 30 minutes. 2e temps de repos: 90 minutes. 3e temps de repos: un autre 90 minutes. Dernier temps de repos: 45 minutes! Wtf!?!?! La morale de l’histoire, ne pas faire confiance à son chum et lire la recette avant de la commencer! Nous aurons donc une focaccia aux alentours de 21h00… ok, on va faire les artichauts et la pizza pour les enfants en attendant!

Mes artichauts ont bouilli dans un bouillon de bœuf assaisonné à l’ail et citron pendant 40 minutes, ils sont tendres et prêts. Une petite sauce à base de mayonnaise, de crème sure, d’ail et de cari vient compléter le plat. C’est bon pour la santé et les enfants adorent ça.

Nous avons également pris l’apéro dehors autour du feu sous le soleil et c’est une bouteille de vin plus tard que nous rentrons préparer la pizza des enfants.

Heureux, mais moins habiles 😂Finalement, ce sera un calzone, fred ayant légèrement perdu ses capacités entre deux verres de vin à transférer la pâte à pizza garnie sur la pierre à pizza 😂

Les tomates ont lentement cuit au four dans un mélange d’huile d’olive et de sel et sont maintenant prêtes à accompagner le divin fromage.

Avant
Après

Évidemment, on conserve l’huile. C’est juste trop bon!

Il est 21h15 et la focaccia est dans son dernier cycle de levage, nous venons d’ouvrir une délicieuse bouteille de Ponggerino et Fred se lance pour notre pizza. Je laisse aller, j’ai confiance en mon mari 😂

Avant
Après

J’ai fait deux foccacias différentes. La première aux olives noires et pesto (que j’avais de congelé de l’été dernier) et la deuxième au pesto de pleurotes de la ferme de Champignons Charlevoix et herbes de Toscane.

Il est 22h et je sors finalement la chose du four. Ça sent bon, ça a l’air bon et devinez quoi? Ça l’est! Durant tout ce travail, je me disais que je doutais que le résultat vaudrait les efforts. Finalement, je dois concéder que c’est vraiment long à faire, mais c’est aussi très bon et en ces temps de confinement, c’est exactement le genre de choses qu’on peut faire. Bon, les enfants sont couchés depuis un bout et n’auront pas tant participé, mais nous, on a tout un souper!

J’ai arrosé le fromage de l’huile d’olive , ça semble très gras, mais on y va avec parcimonie et c’est merveilleux

Bon appétit! Ou bonne nuit, c’est selon 😂

Voici la recette pour ceux qui voudraient se lancer:

Cuisiner à la maison en cette période de confinement

Qui dit quarantaine, dit fini les sorties et les restos 😦 j’ai d’ailleurs une grosse pensée pour les chefs et propriétaires qui exerçaient déjà leur métier dans des situations difficiles, imaginez en ce moment particulier où ils ont du fermer leur porte et se tourner vers le take out et la livraison.

Comme nous sommes en région et qu’il n’y a pas vraiment de restaurant à proximité, nous avons ressorti nos livres de cuisine et essayons de développer l’intérêt des enfants envers le plaisir de cuisiner.

Une grosse épicerie chez Costco, une chez Bourassa et ma commande de fruits et légumes du jardin des anges (www.jardindesanges.com), mon frigo est plein et mon congélateur aussi. Nous sommes chanceux, malgré que nous ayons fermé nos cliniques, pour l’instant, nous n’avons pas de souci financier 🤞🏻

Tout est dans la planification. Nous prévoyons nos repas pour environ 5 jours, en consultant les enfants. Malgré tout, on arrive souvent au bout de notre inspiration, il faut alors trouver d’autres moyens. Nous avons donc décidé que deux jours par semaine, les enfants allaient décider d’une région qui donneraient le ton au souper. Ils ont opté pour la Chine, j’ai publié nos photos sur Facebook et il y avait des gens qui voulaient la recette alors je me suis dit bingo! Je viens de me trouver quelque chose à faire! Je vais faire une Marilou de moi à la différence près que je n’invente pas mes recettes. Je vais reproduire celles des autres, vous les refiler et vous donner mon feed-back 🙂

Fred a donc concocté une soupe won ton. On retrouve des pâtes gelées dans toutes les épiceries. Un petit bouillon, des won ton farcis au porc, crevettes et gingembre et vous avez une magnifique soupe au Kleenex maison (une ancienne collègue lorsque j’étais prof appelait ça comme ça!). Peu gras, rapide, on agrémente de sauce soya et d’échalotes vertes hachées. Ça se congèle aussi très bien.

Shrimp and Pork Wonton Soup 海老と豚肉のワンタンスープ

Le poulet général Tao est un classique de la cuisine chinoise très apprécié des enfants. Sa sauce onctueuse et légèrement sucrée amadouerait n’importe qui. Dans la recette de Ricardo, il faut s’occuper du poulet, ce qui est une étape assez longue et chiante. Personnellement, je trouve plus simple de prendre des morceaux de poulet déjà panés que je mets dans ma friteuse pas d’huile et qui cuisent pendant que je fais la sauce.

https://www.ricardocuisine.com/recettes/6076-poulet-general-tao-sans-friteuse

Les crevettes sel et poivre sont mon met préféré du restaurant Kam Shing (voir mon blog la dessus) et nous avons quelques essaies à notre CV, mais celui de ce soir a été de loin le plus réussi. La seule chose est que je mettrais un peu moins de gingembre, genre la moitié. Autrement, c’est juste trop bon!

https://tasty.co/recipe/crunchy-salt-and-pepper-shrimp

Évidemment, tout ça manquait un peu de légumes. Alors nous avons fait une toute petite quantité de riz que nous avons fait cuire. Dans une poêle, nous avons fait sauter des céleris et des carottes coupés en biseaux, avec des poivrons verts et du bambou (qu’on trouve en canne). On a tout mis ça de côté et mis le riz cuit dans la poêle qu’on a également fait sauter. Ça lui donne un petit côté croustillant, on rajoute un petit peu de beurre et c’est fini. On a nos légumes et notre féculent.

Alors c’était notre premier souper thématique. Demain, on s’en va en Italie. On dirait que les enfants choisissent les endroits où on a le moins envie d’aller en ce moment 🤷🏻‍♀️🤔😰