Archives mensuelles : septembre 2012

Auberge et restaurant les menus plaisirs, boul. Ste-Rose, Laval

Auberge, cave à vin et restaurant, les Menus plaisirs est un endroit à découvrir pour les groupes

Nous sommes allées au menu plaisir pour fêter l’anniversaire d’une amie.  On nous avait donc réservé un salon privé et c’est autour d’une grande table, dans une belle pièce juste pour nous, que nous avons célébré.  Situé sur le boulevard Ste-Rose, le restaurant est aussi une auberge.  Il est donc possible d’avoir des forfaits couette et repas.  L’endroit dispose aussi d’une impressionnante cave à vin que nous n’avons malheureusement pas pu visiter.  Petit point négatif: le stationnement est minuscule et assez mal fait, vive les petites voitures!

Le service était efficace et attentionné.  On a bien pris le temps de répondre aux nombreuses questions concernant le menu, avec le sourire et sans impatience.  Le choix fût difficile vu le nombre de plats alléchants sur la table d’hôte qu’on nous proposait.  La carte des vins, ou devrais-je dire le roman des vins vu la quantité impressionnante de bouteilles proposée était d’un prix très raisonnable et comportait plusieurs vin d’importation privée.

J’ai donc débuté avec une crème de panais, maïs et aneth et c’était très bon. La texture était bien, lisse et sans grumeau. Le goût, délicieux et doux, c’était vraiment confort food. La seule chose, c’est qu’elle était tiède, on aurait aimé un peu plus chaud.

Comme entrée, j’ai choisi le foie de pintade sauté sur des cerises de terre accompagné d’un chausson au Brie et de  céleri-rave. Encore une fois, c’était très bien (si on aime les abats), le mélange des saveurs étaient intéressant ainsi que le mélange des textures : croquant céleri-rave, tendreté du foie et des cerises de terre. C’est une bonne idée de mélanger ces différents ingrédients, on y aurait pas pensé! Le petit chausson était satisfaisant comme sait l’être un petit chausson au Brie 🙂

Suivait ensuite un filet mignon d’une tendreté exquise et d’une cuisson parfaite. Accompagné de sa petite sauce au bleu, très bonne elle aussi, la madame était comblée.  Par contre, les accompagnements étaient les mêmes pour tous, indépendamment du plat choisi: même légumes grillés pour tous.

Pour dessert, nous avons opté pour un Brie fondu accompagné de noix, miel et fruit qui s’est avéré correct, sans plus.

Avec le vin, taxes et service on parle de près de 100$ par personne. La bouffe était bonne et de qualité, de même que le vin et le service, donc disons que cela le vaut.  À essayer pour des réceptions avec plusieurs personnes. Le fait de pouvoir y dormir est aussi un plus.  Nous y retournerons peut-être si l’occasion de célébrer quelque chose en groupe se présente.

 

Marché 27, rue Prince-Arthur, Montréal

Miam, miam et remiam!

Pour les fans de viande crue comme moi, le marché 27 est un peu l’apothéose gastronomique en ce qui concerne les tartares. C’est un minuscule endroit style lounge, un peu sombre, mais sympathique tout de même. On ne prend pas les réservations, peut-être est-ce plus sage d’y aller dans un moment ou ce sera plus calme. C’est ce que nous avons fait: on était mardi soir vers 19h30 et malgré cela, l’endroit était presque plein.

La carte des vins est intéressante quoi qu’un peu trop chère à mon goût: près de 2 fois et demi le prix de la SAQ! C’est ce qui fait grimper la facture assez vite merci.

Il y a deux menus: celui régulier où ceux qui désirent manger chaud peuvent le faire, mais j’avoue l’avoir à peine regarder et il y a le menu tartare. Plusieurs choix de poissons, fruits de mer et viandes rouges, on fait notre choix et par la suite, on sélectionne l’assaisonnement. Des portions de 100, 150 et 200 grammes sont disponibles. Quelle bonne idée!

Il y a aussi 2 plateaux de dégustation pour les indécis. Le premier est composé de 5 tartares de 50 grammes chaque et se détaille 40$. On y retrouve du bœuf, du veau, du canard, du saumon et du thon, chacun avec une sauce différente et accompagné de chips de crevette, de croûtons de pain et de salade. Le 2ème plateau est composé de poisson et fruits de mer et coûte 56$.

Nous avons débuté la soirée avec un apéro: sangria maison pour moi ( qui est très alcoolisée en passant) et bière pour l’homme. Déjà là, on venait de dépenser près de 18$….

Nos amis arrivés, ils se sont laissés tenter par le plateau dégustation tandis que Fred et moi avons concocté notre propre plateau: saumon japonais, veau italien, thon tropical, bœuf français et canard italien. Nous avons aussi commandé une bouteille de zinfandel californien d’importation privée à 60$ qui s’est avéré bon, sans plus.

Si vous voulez des accompagnements, autre que les croûtons de pain, vous devez les commander à part et qui dit tartare, dit frites! Optez pour les frites maison plutôt que les juliennes, nous avons comparé et elles sont bien meilleures!

Les plateaux ont fait fureur. Le seul bémol était le veau épicé qui était malheureusement beaucoup trop épicé, ça tuait le goût de la viande. Une mention spéciale pour le canard à l’italienne: avec de l’huile de truffe, c’était un pur délice!

Le thon rouge tropical était aussi délicieux: avec des ananas, du melon, des tomates concassées, de la coriandre, des échalotes et de la lime, c’était délicat, frais, magnifique!

Les poissons étaient ultra frais, tous les poissons et viandes étaient coupés au couteau, c’était franchement fait dans les règles de l’art!

20120919-193823.jpg

Bref, nous avons tous été conquis et il est certain que nous retournerons au marché 27. Vous pouvez même commander pour apporter ou encore vous faire livrer cela à la maison si vous restez dans le coin. Une fois de temps en temps, faut bien se payer la traite 🙂

Le petit bouchon, Faubourg Boisbriand

On y retournera!

Le petit bouchon fait partie de la panoplie de restaurants situés au Faubourg Boisbriand. La clientèle, un peu spéciale et trop cool à mon goût, n’a tout de même pas réussi à me faire virer de bord. Barbie centenaire, sugar daddy et garçons passant beaucoup trop d’heures au gym composaient une grande partie de l’assemblée. Préjugés? Peut-être, mais pas assez pour m’empêcher d’y aller!

Le menu était trop alléchant; on ne savait pas quoi prendre. Original, avec une section complète pour les tartares, j’étais aux anges. Ajoutez à cela un menu du jour avec 2 tartares du jours et je suis sur le bord de l’hystérie :-p

Le décor de style bar est correcte et pour ajouter au merveilleux de la soirée, nous avons pu manger sur la terrasse tellement il faisait chaud (on était quand même à la mi-septembre et il était près de 9h).

La carte des vins contient une majorité de vins provenant d’importation privée et pour ceux qu’on retrouve en SAQ, les prix sont corrects ( pour un resto). Il y a aussi plusieurs vins offerts au verre.

On apporte ensuite du pain avec du beurre soupoudré de sel noir d’Hawaii, jolie attention.

J’ai débuté mon repas avec un shrimpcake à la thaï et sa mayonnaise au cari, déposé sur des ananas confits. Très très bon, présentation soignée, portion raisonnable, on aime ça!

 

 

 

 

 

 

 

Fred a opté pour l’assiette de charcuteries: 100% Québécoise, assez grosse pour 2, composée de 5 trucs différents qu’on ne nous a malheureusement pas présentés, de sauces, moutarde et de marinades. L’homme a été satisfait 🙂

20120918-143100.jpg

Comme plat de résistance, sans surprise, j’ai choisi un tartare de saumon façon petit bouchon (mangue et espuma d’avocat). Accompagné de salade et frites ( un ou l’autre ou les 2, c’est comme vous voulez), c’était une bonne portion que j’ai dévorée avec plaisir. Frais avec des mélanges de texture; saumon moelleux, mangue semi ferme, câpres frites croustillantes et espuma vaporeux, c’était vraiment bien comme plat.

Malgré la satisfaction que m’a procurée mon assiette, la palme revient au tartare rossinni que Fred a commandé. Tartare de bœuf assaisonné à la truffe avec copeaux de foie gras: merveilleux, hallucinant, délicieux!

Inutile de vous dire que nous sommes sortis de là satisfaits et repus. Je vous le conseille vivement et vous m’en donnerez des nouvelles 🙂

Phaedra, boul. Samson, Laval

Un bon resto grec à Laval

Une, voire plusieurs, coches au dessus des Casa grecque et Vieux Duluth de ce monde, Phaedra propose une cuisine grecque authentique ou les plats maisons côtoient les classiques et autres plats plus typiques et rarissimes.

Le décor est ordinaire, même un peu étrange et l’emplacement, épouvantable. Sur le boulevard Samson, annexé à un petit centre d’achat, les chances qu’on s’y arrête par hasard sont minces. Alors c’est grâce à Groupon (encore) que nous avons découvert l’endroit. Nous n’avons pas acheté de coupons car ils impliquaient un menu fixe, mais nous avons tout de même choisi d’essayer.

Le service était épouvantablement lent malgré un achalandage moyen. Nous avons opté pour les tapas plutôt que pour un plat en particulier. Si la présentation des plats n’était pas recherchée, la qualité des plats était très bien.

Nous avons débuté avec une assiette de 3 trempettes (tzatziki et une trempette de feta et piment, notre 3ème choix n’était plus disponible, on nous a donc donné des baklavas pour compenser). Les 2 trempettes, faites maison, étaie vraiment bonnes même si celle au feta était un peu salée. Un bon resto grec qui se respecte se doit de faire sa propre tzatziki!

Suivait ensuite mon coup de cœur: le saganaki. Fromage grec qui ne fond pas, qu’on peut faire grillé ou frire et qu’on accompagne souvent de citron. Salé et ferme, c’est un délice que j’ai découvert en Grèce, mais qu’on retrouve rarement dans les restos grecs d’ici. Chez Phaedra, on le sert avec un mini verre d’ouzo (alcool grec anisé que je n’aime pas du tout) qu’on verse sur le fromage et qu’on fait flamber. Un coup flambé, on ne goute pas l’anis. C’est franchement délicieux!

20120908-125122.jpg

Par la suite, nous avons continué avec des feuilles de vigne farcies. Servies chaude, farcies avec du riz et probablement du veau, elles étaient vraiment bonnes! À essayer absolument.

Suivait ensuite une tarte au fromage maison qui était en fait des feuilletés farcis avec un fromage de chèvre. Un peu décevante à cause du goût de l’huile d’olive qui a chauffé, le plat demeurait tout de même correct.

Parlant d’huile d’olive chauffée, on ne fait jamais cuire cette sorte d’huile! Premièrement, si elle brûle, ça goute mauvais et en plus, elle perd toutes ses propriétés. Je sais, à la télé, on cuisine comme ça, mais demandez à un chef, on vous confirmera ça! Si vous voulez cuire une bonne huile riche en Omega 3, utilisez de l’huile de canola. Conservez l’huile d’olive pour les salades ou pour napper les légumes un coup qu’ils sont cuits. Fin de la parenthèse 🙂

Nous avons terminé notre repas avec une délicieuse assiette de pieuvre marinée et grillée. Servie sur un nid d’oignon grillés très doux, la pieuvre était tendre et croustillante à l’extérieur, c’était très très bien.

Nous avons rapporté les baklavas à la maison. Avec une bouteille de vin blanc grec à 38$, les taxes et le services, l’addition montait à 125$, ce qui n’est pas si mal. Si jamais vous y allez, calculez qu’une assiette de tapas est correcte pour 2 et pour faire un repas, prenez au moins 4 ou 5 plats pour 2 personnes.

Je ne sais pas si j’y retournerai, surtout à cause de l’emplacement un peu moche, mais nous sommes bien contents d’avoir découvert cet authentique restaurant grec.