Archives mensuelles : juin 2012

Peller Estate, Niagara-on-the-lake, Ontario

Un must gastronomique si vous allez dans le coin!

Lauréat de la mention « un des 10 meilleurs restaurant au Canada » en 2010, le Peller Estate est avant tout un vignoble. De toute beauté, rappelant les villas de Toscane, il est aussi possible de prendre seulement un lunch ou des encas sur la magnifique terrasse.

Vous avez 2 options de menu: à la carte ou le menu carte blanche que nous avons choisi. On spécifie si on a des allergies ou des goûts particuliers et hop, on fait confiance au chef.

Vous avez le choix entre le 5 services (89$) ou le 7 services (129$) et pour 35$ de plus, vous pouvez avoir l’accord met et vin (évidemment avec les vins de la place). Nous avons pris le 5 services (avec vins pour Fred) et avec tous les petits à-côtés qu’on nous offre, on arrive au-delà du 5 services.

L’expérience débute avec un espuma de tomate et concombre absolument rafraichissant. La texture rappelant la mousse pour le bain est agréable et différente dans la bouche.

Suivait ensuite un carpaccio de concombre surmonté de fenouil, oignon et fromage de chèvre émietté. Bon, frais , joli, mais rien de merveilleux.

Pour le service suivant, 2 serveuses arrivent simultanément avec un gran bol à soupe ou trône royalement une cuillerée de fromage de chèvre mélangée avec des fruits. Regards étonnés et perplexes de notre part, elles avaient caché une soupière dans leur dos et c’est d’un même geste qu’elles arrosent le fromage d’une soupe froide à la betterave et au vin de glace. Délicieux! En plus, la présentation à aussi son effet de surprise, un de mes coups de cœur de la soirée.

La troisième entrée était un tataki de thon enrobé de poivre rose. Très délicat, pas trop poivré, c’était accompagné de minuscules patates sautées et d’un œuf de caille. Comme on dit, c’était pas pire pantoute.

Par la suite, on nous propose un granité au chardonnay et à la fraise, tout à fait charmant comme dirait Pinard, pour faire descendre le tout.

Puis, on attaque avec le plat de résistance: filet de bison sur pois mange-tout, accomagné d’un gratin dauphinois sur lequel on a râpé un peu de truffe blanche. Un filet de jus de cuisson arrose la viande qui est tendre, cuite à la perfection et tout simplement délicieuse. La portion, ni trop grosse ni trop petite, convient parfaitement à l’état de satisfaction qui nous atteint tranquillement.

Suit ensuite une mignardise de gâteau au fromage à la crème et aux framboises. Très bon lui aussi.

Et le clou de la soirée a été le dessert. Une espèce de rouleau pas plus gros qu’un petit cigare de texture style truffe-ganache au chocolat noir accompagné d’une genre de praline aux noisettes, de fleur de sel et d’une petite boule de crème glacée maison à l’huile d’olive. OH-MY-GOD! Il a fallu du temps avant que je trouve la saveur de la crème glacée et franchement j’en suis presque tombée sur le dos tellement c’était bon et surtout original.

La fraîcheur, la présentation des plats et la qualité des plats sont vraiment les points forts de Peller Estate. Si certains plats comme le carpaccio de concombre ne nous ont pas fait tomber par terre, d’autres étaient tout simplement renversants. Si nous retournons dans le coin, nous y reviendrons, mais prendrons le menu à la carte qui semblait divin lui aussi.

Ne manquez pas la visite de la boutique et du domaine qui vaut aussi la peine 🙂

Blü ristorante and lounge, rue Yorkville, Toronto

Magnifique!

C’est tout à fait par hasard que nous sommes tombés sur ce merveilleux restaurant grâce à l’application Open table. Situé sur une petite rue tranquille dans une superbe maison en briques rouges, disons que le hasard a bien fait les choses.

Éclairage tamisé, mur en pierre, les tables, bien espacées, sont séparées par des rideaux vaporeux et l’accueil est courtois et chaleureux. Dans le fond, un pianoman enchaîne les succès, l’ambiance est réussie. Le menu, complet et alléchant est plein de promesses.

Carpaccio pour l’amoureux, salade caprese (tomates, mozzarella de bufflone et basilic), assiette de fromage et salade de poires et gorgonzola pour nos amis. On nous apporte du pain aux herbes avec une purée de poivrons que j’ai laissée aux autres 🙂

Les assiettes arrivent, wow, ils ont compris qu’on mange d’abord avec les yeux! Ma salade, une tour de Pise, alliant tomates rouges et jaunes séparées par de généreuses tranches de fromage est surmontée de basilic haché et de perles de balsamique qui éclatent sous la dent. Magnifique.

Le carpaccio de l’homme, aromatisé à la truffe et au parmesan est tout simplement délicieux. La femme enceinte n’a pu cacher sa jalousie et s’est même permise une bouchée. Jouissance gustative. Les entrées de nos acolytes étaient tout aussi belles et satisfaisantes. Le vin pour eux et l’eau pour moi étaient bons, le service excellent, bref, tout était parfait.

Plein d’attentes pour les plats de résistance, nous avons été comblés! Penne au gorgonzola et roquette pour moi, pâtes maison au confit de canard, pleurotes et sauce demi-glace divine pour les autres. Mon assiette, portion raisonnable, sauce crémeuse et roquette fraîche à fait mon bonheur. Mais la palme d’or revient aux pâtes au confit: débile! La sauce était tout simplement à se rouler à terre. Pas trop salée comme c’est parfois le cas, onctueuse à souhait avec d’énormes morceaux de champignon, disons que tout le monde était satisfait 🙂

Après un si bon repas, il serait insensé de ne pas prendre de dessert. Crème brûlée à la vanille pour moi, tiramisu pour Gilles, encore une fois, ce fut un succès.

Facture plus que justifiable vu la qualité des plats que nous avons eue, il sera difficile de ne pas y retourner lorsque nous reviendrons à Toronto.

Walkers Fish market, Burlington, Ontario

Rien à se rouler par terre….

Cette mini chaîne de restaurant propose un menu à base de fruits de mer et de poissons. Le décor est intéressant, alliant boiseries et touche moderne. Le service, plus ou moins efficace (plusieurs erreurs, on doit tour à tour demander un verre pour l’eau malgré qu’on en aie demandé pour tous, je ne recevrai jamais mon 3ème Virgin Ceasar et les entrées arriveront à intervalle irrégulier si bien que personne ne mangera en même temps ), aura finalement raison de notre patience.

Le menu aurait pu proposer plus de choix: pas de crabe, pas de tartare, les mêmes accompagnements pour chaque plat et des prix pas si bon marché que ça.

En entrée, la plupart des convives opteront pour les huîtres fraîches qui ont fait l’unanimité. La femme enceinte optera pour un crab and shrimp cake. Portion énorme, goût ordinaire. Par contre, la chaudrée de palourdes est digne de mention. Ils offraient aussi des palourdes fraîches en écaille. Vous pouvez vous abstenir à mon humble avis et celui de mon chum: coriace avec un goût de poisson assez prononcé et une apparence plus ou moins alléchante, on les préfère de loin dans la soupe!

Comme repas, nous avons commandé le surf and turf. Portion encore une fois gargantuesque, accompagné d’une délicieuse patate au four avec légumes grillés, la viande, quoi que bien apprêtée au niveau de la cuisson, goûtait un peu le brûlé. Les crevettes, étaient énormes, mais ne goutaient rien malgré qu’elles soient censées être à l’ail. Bref, rien qui nous donne l’irrésistible envie d’y retourner si nous revenons dans le coin!

Malgré tout, nous avons passé un bon moment, sûrement dû à la compagnie des gens plutôt qu’à la qualité de l’assiette. Nous nous sommes partagé une énorme pointe de tarte à la crème glacée saveur Key lime pour faire descendre le tout et sommes allés nous coucher, repus, mais plus ou moins satisfaits. Disons que si vous avez d’autres options, envisagez-les.