Castellare di Castellina, Chianti classico 2008

Un de mes vins préférés!


Achat: Eataly market, New York, mars 2011

Prix: environ 24$US

Apogée: bon à boire si carafé, mais peut se bonifier selon moi d’ici quelques années.

Pays: Italie

Région: Toscane (ha la Toscane (soupir mélancolique)

Mise en contexte: Nous avions acheté le même vin mais de l’année 2004 lors d’un précédent voyage à New York et nous étions littéralement tombés sur le dos. C’était tout simplement délicieux. Lorsque nous y sommes retournés, je cherchais désespérément ce vin, mais il n’y avait que du 2008. Nous n’avons pas été déçus! L’étiquette est facile à reconnaître car on y retrouve un oiseau avec son nom latin et l’oiseau change selon les années. Maintenant, un petit peu d’histoire 🙂

Le Castellare est le résultat d’une fusion de 5 fermes toscanes qui eut lieu en 1968. C’est une production assez modeste; environ 250 000 bouteilles par année dont 130 000 de Chianti classico. À l’échelle mondiale, ce n’est pas tant que ça et c’est peut-être pour ça qu’on ne le retrouve pas ici 😦 Pour qu’un vin détienne l’appellation Chianti classico, il doit répondra à plusieurs exigences et peut perdre cette appellation d’une année à l’autre si le niveau de qualité baisse. Quelles sont ces conditions? Premièrement, il doit provenir de la région du Chianti et le vin doit contenir au moins 75% de sangiovese (sorte de raisin) et ce pourcentage peut aller jusqu’à 100%. Cette exigence s’applique aussi à l’appellation Chianti, mais pour avoir le classico il faut respecter d’autres normes au niveau de la production de raisin. Les vignes doivent avoir un minimum d’espace entre elle et le volume qu’on en retire est beaucoup moindre. Tout cela pour le respect de la vigne.

Ce vignoble a été longtemps le seul château de Castellina et ils ont développé 2 autres vignobles; un à Frassinello et un autre à Pisciotto. Si vous allez en Toscane, vous pouvez visiter le domaine et même coucher là, vous pouvez être sûrs que si j’y retourne (et j’y retournerai!), j’arrête par là 🙂 Il y a un site Internet, exclusivement en italien, mais avec la traduction google, quoi qu’imparfaite, on peut tout de même comprendre l’essentiel.

Dégustation: Juste à l’apparence du vin, on sait qu’on a affaire à quelque chose de spécial. Robe rouge vraiment intense, laisse une généreuse trace de gras sur le verre. Au nez, ce qui saute aux yeux (plutôt au nez, mais bon, vous avez compris) ce sont les cerises. Elles sont si présentes, impossible de ne pas les reconnaître. Mais pour ceux qui ont eu la chance de mettre les pieds en Toscane, ce vin la représente tout simplement. Réaction de moi et Fredo: ça sent la Toscane! Qu’est-ce que ça sent la Toscane? Bon! Mais plus précisément, le soleil, la terre des vignobles, les champignons, les oliviers (bois), le bonheur quoi 🙂 Et ce qui est bien avec ce vin et m’indique qu’il pourrait prendre de l’âge en beauté, c’est qu’avec le temps, les arômes changent. Vers la fin, on découvrait un petit côté mentholé et même une légère amertume qui rappelle le cacao. Et là, on est tout excités et on trempe nos lèvres en espérant que le goût sera à la hauteur du nez et on est pas déçu! Il est soyeux tout en étant explosif au niveau des saveurs. On ne se sent pas agressé, on est comblé. Un fini qui prouve le travail derrière le vin, pas agressif, mais puissant. Ça goûte ce que ça sent; les fruits rouges mûrs, l’humidité de la terre et avec un tartare de canard, c’est tout simplement parfait. Je vous le dis, si vous allez aux États-Unis ou encore mieux, en Italie, VOUS DEVEZ ACHETER UNE OU DEUX BOUTEILLES! Et si vous êtes vraiment fins, m’en donner une 🙂 J’ai presque menti tout à l’heure en disant qu’on en trouvait pas en SAQ, il existe, selon le site Internet, 3 bouteilles de 2005 à la SAQ Beaubien. 3 bouteilles dans le Québec, erreur d’inventaire ou sont-elle vraiment là et si vous voulez dépenser 79$…. Donc, les États-Unis ou l’Italie, faites-vous plaisir (et à moi en même temps pour venir m’en parler) et acheter. À m’entendre, on dirait que j’ai des actions, mais non 🙂

Encore une fois, n’hésitez pas à dépenser un peu plus qu’à l’ordinaire pour une bouteille de vin. Le vin, lorsqu’il est bien fait et de façon artisanale, est tout simplement une oeuvre d’art. Des années de travail et un savoir important se cache derrière ces bouteilles. On ne réalise pas toujours ça et je vous encourage donc à aller visiter des vignobles (ou des vergers) et à rencontrer les producteurs. Peut-être alors, trouverez-vous que 20$ valent souvent la peine d’être investis pour goûter au travail d’une vie.

Santé 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s